Loyers à prix modique: les critères d’admissibilité remis en question

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Loyers à prix modique: les critères d’admissibilité remis en question
Les loyers à prix modique de Fortierville. (Photo : courtoisie)

FORTIERVILLE. La mairesse de Fortierville, Julie Pressé, est insatisfaite du taux d’occupation des logements à prix modique de sa municipalité. Celui-ci vacille entre 63 et 75%, malgré les demandes qui affluent. Pourquoi? Parce que les critères d’admissibilité, selon la mairesse, ne sont pas adaptés à la réalité rurale.

Afin d’être admissible à un loyer à prix modique offert par les offices municipaux d’habitation, il faut notamment toucher un salaire inférieur à 21 000$ annuellement et, pour le programme Personnes âgées, être âgés d’au moins 50 ans. «On s’entend que c’est assez rare les gens qui gagnent moins de 21 000$, estime Mme Pressé. Il y a pas mal de demandes, mais la plupart des gens sont refusés à cause de leur revenu», ajoute-t-elle.

Julie Pressé estime que ces critères servent bien les grands centres, où la demande est plus élevée, mais qu’en milieu rural, la réalité est tout autre.

«On a des logements vides, on aimerait ça qu’il y ait du monde dedans!» Sur les 32 unités disponibles à Fortierville, 12 sont présentement vacants. Ce qui dérange, c’est que la Municipalité paye pour ces logements vides. «Le déficit est payé à 90% par la Société d’habitation du Québec (SHQ), et à 10% par les Municipalités, explique Robert Gendron, président de l’Office municipal d’habitation (OMH) Au Cœur du Québec. Dans notre cas, quand on a regroupé les OMH, on s’est assuré d’avoir une comptabilité en silo, c’est-à-dire que chaque municipalité paie le déficit qui est attribué à son ou ses édifices à elle. Par exemple, Saint-Wenceslas ne paie pas pour le déficit de Deschaillons», poursuit-il. L’OMH Au Cœur du Québec, qui dessert la municipalité de Fortierville, observe un déficit de 1 069 844$ pour 2019. La part de Fortierville est de 139 617; elle se doit donc de débourser 13 962$.

Outre la question du déficit, Julie Pressé souligne également le problème de rétention des ainés. «Ça nous enlève beaucoup nos ainés qui veulent rester sur le territoire. Ils s’en vont, car ils gagnent un peu trop cher pour faire affaire avec l’OMH. Sauf qu’il n’y a à peu près pas d’autres offres de logement que celle-là. Ils voudraient pourtant rester dans leur milieu. C’est un gros problème!», juge Mme Pressé.

Le soutien de l’OMH Au Cœur du Québec

La Municipalité de Fortierville peut toutefois compter sur le soutien de l’OMH Au Cœur du Québec et de celui de son président, Robert Gendron. «On n’est pas satisfaits nous non plus des critères d’admissibilité aux logements», avoue-t-il. Cependant, malgré leurs démarches auprès de la SHQ, impossible de faire adapter ces critères. «Ce n’est pas les gens à qui l’on parle qui décident, ça se passe dans les hautes instances du gouvernement, explique M. Gendron. Ça fait 10 ans que ce sont les mêmes critères, alors on espère qu’ils vont revoir ça afin d’augmenter les revenus admissibles, ça nous aiderait c’est certain».

M. Gendron ne baisse cependant pas les bras pour aider Fortierville. L’OMH dispose d’un tout nouveau site web qui permet de connaitre les disponibilités des habitations ainsi que de s’inscrire facilement en ligne. Un publipostage pour Fortierville a également été distribué dans trois municipalités avoisinantes. «On travaille sur ce dossier parce que nous aussi, on trouve que ça n’a pas de bons sens», insiste M. Gendron.

Cependant, le taux d’occupation sur l’ensemble du territoire des MRC de Bécancour et de Nicolet-Yamaska est plus élevé. «Dans l’ensemble, c’est plein. Sur 210 logements, on en a 15 de disponibles et là-dessus, il y en a 12 à Fortierville. Il faut comprendre aussi que dans la majorité des municipalités, ce sont des édifices de 10 à 13 logements, alors qu’à Fortierville, on retrouve 32 logements. Si elle avait elle aussi 13 logements, ils seraient pleins et il y aurait probablement même une liste d’attente», nuance M. Gendron.

Sur le territoire de l’OMH de Bécancour, soit les six secteurs de la Ville de Bécancour, on retrouve 234 unités avec un taux d’occupation qui varie de 85 à 90%. Marie-Claude Blanchette, directrice générale de l’OMH de Bécancour, juge satisfaisant ce taux d’occupation.

À noter que l’OMH Au Cœur du Québec a été créé en 2019 et dessert 11 municipalités réparties dans trois MRC, soit Deschaillons, Parisville, Fortierville, Saint-Pierre-les-Becquets, Sainte-Sophie-de-Lévrard, Manseau, Saint-Sylvère, Saint-Wenceslas, Sainte-Eulalie, Saint-Samuel (qui avait fusionné auparavant avec les OMH de Saint-Wenceslas et de Sainte-Eulalie) ainsi que Daveluyville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires