L’or mais pas de Championnat du monde

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
L’or mais pas de Championnat du monde
Yves Bourque a remporté l'or aux Championnats nationaux de vitesse Canoe Kayak Canada à Ottawa. (Photo : (Photo courtoisie))

BÉCANCOUR. Le vent aura eu le dessus sur les efforts d’Yves Bourque afin de se qualifier pour le Championnat du monde de paracanoë. À la fin d’août, l’athlète de Bécancour prenait part aux Championnats nationaux de vitesse Canoe Kayak Canada, à Ottawa, avec cet objectif en tête.

« Je n’ai pas eu les résultats que je voulais. J’aurais aimé faire mieux. À cause des forts vents, les courses ont été plus difficiles. C’était du 25-30 km/h en pleine face. Il faisait aussi très chaud. Sans les vents, j’aurais réussi à me qualifier pour le Danemark (Championnat du monde) », commente M. Bourque, qui est inscrit dans la catégorie VL2 outrigger, pour une distance de 200 mètres.

« Habituellement, je fais des temps de 58-59 secondes mais là, c’était 1:06. Les conditions étaient atroces. Généralement, ils prennent en considération le facteur vent, mais pas vraiment cette fois-ci. On va se reprendre l’année prochaine », poursuit l’athlète, qui avoue être « un peu déçu », mais qui se console avec la médaille d’or qu’il a tout de même remportée dans sa catégorie. « Je suis quand même parmi les meilleurs Canadiens », fait remarquer celui qui est tout près des standards de l’équipe nationale, dont la barre est fixée à 57 secondes.

« [Ce sport] est difficile », ajoute-t-il. « Le bateau mesure 23 pieds de long, il n’a pas de gouvernail et quand il y a des gros vents, c’est difficile à diriger. Il y a plein de détails dont il faut tenir compte. Il faut être vraiment technique et fort, ne serait-ce que pour garder le bateau dans notre corridor. C’est un gros contrat. »

Le Bécancourois se dit satisfait de sa saison deuxième saison en outrigger et de sa progression. Même si les compétitions sur l’eau sont terminées pour lui cette année, il poursuivra son entraînement cet automne. « Je vais continuer à ramer jusqu’à la fin octobre. Ensuite, je vais mélanger le skateboard, le ski et un peu de rame à travers ça. Ce sera une transition pour me préparer aux prochaines compétitions de ski », affirme celui qui vise rien de moins qu’une qualification pour les Jeux paralympiques d’Athènes, en 2022.

« Je suis déçu mais pas découragé; ça m’en prend plus que ça »

– Yves Bourque

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires