L’œuvre et la mémoire d’Adolphe Rho couchées sur papier

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
L’œuvre et la mémoire d’Adolphe Rho couchées sur papier
L'auteur Jacques Boisvert (à droite) en compagnie de Raymond Cormier, président de Patrimoine Bécancour. (Photo : courtoisie)

BÉCANCOUR. Un livre sur la vie de l’artiste bécancourois Adolphe Rho (1839-1905) sera bientôt disponible.

L’auteur Jacques Boisvert, retraité de l’enseignement, procédera au lancement de son ouvrage le dimanche 26 mai à 13h30 à la salle Nicolas-Perrot du secteur Bécancour.

Passionné des artistes québécois de la deuxième moitié du XIXe siècle, M. Boisvert a voulu, avec ce livre, «donner de la visibilité à un artiste dont l’orthographe du nom intrigue (Rho), mais que l’on connaît peu». Il célèbre donc ce peintre et scuplteur de chez-nous en lui consacrant une biographie de plus de 90 pages et de 30 illustrations couleur.

Qui est Adolphe Rho?

Adolphe Rho (1839-1905) est né à Gentilly. Il demeura ensuite à Bécancour où lui et son épouse eurent huit enfants. Il a fait la joie de nombreux notables et dignitaires du clergé. Montréal, Québec, Saint-Hyacinthe s’offraient à l’accueillir à résidence mais sourd à leurs attraits, Rho préféra demeurer dans sa région.

Il fut avec Napoléon Bourassa l’un des rares artistes de son époque à maîtriser avec une égale virtuosité la peinture et la sculpture. Autodidacte tout comme Ozias Leduc (1864-1955) qui fit de nombreux séjours chez lui, Rho apprend de ses essais prolongés et assidus. Il a orné de nombreuses églises de ses sculptures et de ses tableaux dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

Il fut un excellent portraitiste à l’égal des Dynes, Ruelland, Sawyer, etc. Ses tableaux religieux faisaient le bonheur de ses commanditaires. Côté sculpture, le maître-sculpteur de Québec, Louis Jobin, lui reconnaissait une très grande habileté.

Ses deux œuvres les plus remarquables sont Le Baptême de Notre-Seigneur qui orne l’entrée de la grotte où est né Saint-Jean-Baptiste située à Aïn Karem (près de Jérusalem) et son haut-relief de la Cène de Léonard de Vinci à l’église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier à Québec.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des