L’homme qui construisait un arbre

L’homme qui construisait un arbre

Régent Rousseau-Roy devant l'arbre fontaine en construction dans son atelier.

Crédit photo : (Photo Marie-Eve Veillette)

ARTS. Depuis le début du  mois de mars, l’artiste nicolétain Régent Rousseau-Roy fait pousser un arbre dans son atelier. On dirait un sequoia, quand on compare le tronc et les racines à la grandeur de la pièce, mais il s’agit plutôt d’un chêne. Une réplique, bien évidemment! Conçu en époxy, l’arbre aboutira sur le terrain du Centre des arts populaires de Nicolet à la fin du mois de juin.

Il s’agit du fameux «Arbre fontaine», un des trois projets sélectionnés au terme du vote populaire qui a suivi l’adoption du Budget participatif citoyen de la Ville de Nicolet, l’année dernière. Au bout de ses branches, de l’eau s’écoulera dans un vaste bassin encadré de pierres.

«Ça fait longtemps que je rêve de réaliser un projet comme celui-là, c’est-à-dire combiner l’art à l’eau», raconte celui qui a œuvré longtemps en aménagement paysager et qui a aménagé plusieurs bassins d’eau en carrière, avant de prendre sa retraite ce printemps.

«Je me disais constamment qu’il fallait qu’un jour, je réalise quelque chose du genre»

– Régent Rousseau-Roy

«Quand j’étais jeune, j’ai fait un voyage à Boston. J’avais été fasciné par une sculpture en forme de cube, installée dans un lac et encerclée d’un rideau d’eau. De la manière que c’était fait, ça donnait l’illusion que le cube avançait. C’était beau! Depuis, l’image me trottait souvent dans la tête et je me disais constamment qu’il fallait qu’un jour, je réalise quelque chose du genre.»

L’idée plus précise de concevoir un «arbre fontaine» a germé il y a une dizaine d’années. Il avait soumis l’idée à un client, à plus petite échelle, pour son bassin d’eau, mais celui-ci avait opté pour un autre genre d’aménagement.

«Quand j’ai entendu parler du Budget participatif, je me suis dit que c’était le moment où jamais de tenter ma chance afin de concrétiser mon projet. J’avoue que j’avais peu d’espoir que ça séduise les gens car, malheureusement, plusieurs trouvent l’art inutile», raconte M. Rousseau-Roy.

La population l’aura fait mentir, à son plus grand bonheur. Son projet a même terminé au deuxième rang du vote populaire! Une belle surprise: «Je l’ai appris par le biais de la radio le lendemain du vote, car je ne pouvais pas assister au dépouillement. J’ai passé la journée à trembler!», se souvient-il.

De l’eau coulera par le bout des branches dans un bassin de 30 pieds de diamètre.

L’oeuvre

L’arbre fontaine aura 18 pieds de haut une fois terminé. Il a été conçu en trois sections, pour des raisons de logistique. Celles-ci seront transportées par remorque jusqu’au Centre des arts populaires de Nicolet, où elle sera assemblée. Du béton sera coulé dans les racines prémoulées afin que le tout tienne solidement en place. L’artiste estime que trois jours seront nécessaires pour finaliser le tout.

«On aura évidemment creusé le bassin d’eau avant de transporter l’œuvre sur les lieux. Il ne restera qu’à imbriquer les trois sections, à apporter quelques retouches et à connecter la pompe qui amènera l’eau dans l’arbre.»

La conception

Régent Rousseau-Roy l’avoue: il s’agit d’un gros défi technique. «J’en dors mal la nuit, confie-t-il, mais je suis confiant.»

Au moment de notre entretien, à la mi-avril, il avait déjà consacré plus de 250 heures au projet, et estimait devoir en ajouter 200 autres d’ici la livraison.

Il explique que pour créer son moule, il a utilisé du carton. Cela permet de donner une belle texture à l’arbre, qu’il veut, au final, le plus réaliste possible. Le tout a été recouvert de toile en fibre de verre (époxy), un matériau que Régent Rousseau-Roy apprécie et connaît bien, pour avoir fabriqué des kayaks et des planches à voile par le passé. Des tuyaux de plastique seront insérés dans le tronc et dans chacune des douze branches pour permettre la circulation de l’eau.

Pour réaliser l’ensemble du projet, Régent Rousseau-Roy a obtenu un budget de 50 000$. L’échéancier initial voulait que l’œuvre soit livrée pour la fin septembre, mais l’artiste a préféré mettre les bouchées doubles pour que ce soit prêt à temps pour la saison touristique. «Il faut dire aussi que si je rencontre des pépins en cours de route, j’aurai une bonne marge de manœuvre pour les régler», évalue-t-il.

 

Le saviez-vous?

Régent Rousseau-Roy est l’artiste qui se cache derrière la porte d’arche que l’on retrouve à l’entrée de la piste cyclable de Nicolet. Il l’a réalisée il y a 4 ans en compagnie de Robert Ouellet.

 

 

 

Poster un Commentaire

avatar