Les lockoutés et leurs supporteurs envahissent les rues de Trois-Rivières

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
Les lockoutés et leurs supporteurs envahissent les rues de Trois-Rivières
Une grande marche familiale en soutien aux lockoutés de l'ABI avait lieu ce samedi 25 mai à Trois-Rivières. (Photo : Metallos.org)

RÉGION. Quelques milliers de personnes ont marché dans les rues de la Ville de Trois-Rivières pour réclamer la fin du lockout chez ABI et une entente négociée. Lockoutés, familles, syndiqués de  toutes les régions, de toutes les bannières syndicales, s’étaient donné rendez-vous à l’amphithéâtre Cogeco pour une grande marche de solidarité.

Des leaders syndicaux du Canada, des États-Unis et même du Royaume-Uni étaient au nombre des manifestants ainsi que des leaders des quatre centrales syndicales, la FTQ, la CSN, la CSQ et la CSD.

«Ça fait chaud au cœur de voir nos familles et amis, au sens propre et au sens syndical du terme, avec nous dans les rues après 16 mois d’un difficile conflit. On espère maintenant que  la  levée des tarifs américains sur l’aluminium offrira un momentum positif pour favoriser une entente négociée. Notre usine est très compétitive, versatile, et nos membres sont qualifiés pour  fabriquer plusieurs produits en aluminium avec une forte valeur ajoutée», a fait valoir le président de la section locale 9700 des Métallos, Clément Masse, qui représente les 1030 lockoutés d’ABI.

Outre les lockoutés et les membres de la communauté, des militants de partout au Québec sont venus exprimer leur solidarité avec les lockoutés, certains venant d’aussi loin que Toronto, Chibougamau ou encore de l’Abitibi.

Le vice-président international du Syndicat des Métallos à l’échelle nord-américaine et responsable de la négociation regroupée avec les travailleurs d’Alcoa aux États-Unis, Tom Conway, souligne les relations difficiles avec la multinationale de l’aluminium. « Malheureusement, on constate qu’Alcoa fait la guerre à ses travailleurs, plutôt que de miser sur le capital humain, c’est vrai ici à Bécancour, mais ça l’est aussi aux États-Unis. Nous dénoncerons cette attitude nuisible partout où Alcoa a des installations », a fait valoir Tom Conway.

De retour d’une instance du syndicat mondial IndustriALL à Bruxelles, le directeur canadien des Métallos, Ken Neumann, a abondé dans le même sens. « Alcoa se fait remarquer sur la scène internationale pour sa mauvaise gestion des ressources humaines et ses attaques idéologiques contre  les travailleurs », constate-t-il. Ce dernier était également le mois dernier à Brisbane en Australie avec Clément Masse afin de parler du conflit lors du congrès de l’Australian Workers Union, qui représente les travailleurs australiens d’Alcoa.

Au travers de la bonne humeur des participants à la marche, une colère sourde pointait, alors qu’Alcoa et Rio Tinto font perdurer le conflit depuis plus de 16 mois et que le premier ministre a maintes fois pris position contre les syndiqués. « Cette ingérence du premier ministre, qui a choisi le camp de l’employeur, a cristallisé les positions de l’employeur, plutôt que de favoriser un rapprochement. Espérons que la récente rencontre avec le pdg d’Alcoa a été plus constructive », affirme le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Les contrats d’électricité qui lient ABI au gouvernement permettent d’invoquer la clause de « force majeure » pour ne pas payer pour le bloc d’électricité qui lui est réservé, ce qui a représenté un manque à gagner de 165 millions en 2018 seulement. « Tous les Québécois payent pour ce lockout, pour le coup de force des multinationales qui cherchent à laisser moins en retombées au Québec. Il est odieux de voir le premier ministre cautionner cette opération patronale pour réduire les conditions de travail et diminuer les bons emplois au Québec», a clamé le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau.

Rappelons que le lockout chez ABI a été déclenché par Alcoa et Rio Tinto le 11 janvier 2018.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des