L’entente entre IDÉ Trois-Rivières et Bécancour sera-t-elle renouvelée?

L’entente entre IDÉ Trois-Rivières et Bécancour sera-t-elle renouvelée?

Mario De Tilly lors d'un allocution devant les membres de la CCICQ.

Crédit photo : Joanie Mailhot/Archives

ÉCONOMIE. L’entente de deux ans entre la Ville de Bécancour et Innovation Développement économique (IDÉ) Trois-Rivières s’est traduite par des investissements de l’ordre de 165 millions $ et la création d’une centaine d’emplois.

En 2017, le tout a généré quatre projets d’expansion, dont trois dans des entreprises du parc industriel et portuaire de Bécancour. Au total, ils ont permis de créer une quarantaine d’emplois et engendré des investissements de 50M$.

En 2016, ce sont 15 projets d’expansion qui ont été réalisés pour un investissement total de 115M$ et la création d’un peu plus d’une soixantaine d’emplois à Bécancour.

Ce sont principalement des entreprises des secteurs de la métallurgie, des technologies environnementales et de l’alimentaire avec lesquelles IDÉ Trois-Rivières a collaboré. Celles-ci ne souhaitent toutefois pas être identifiées.

Il y a également 21 dossiers de prospection qui ont été travaillés en 2016-2017. Ceux-ci représenteraient plus de 1,8 milliard$ en investissements et 1150 emplois. Du nombre, huit dossiers sont toujours actifs et pourraient se traduire par la création de près de 300 emplois.

«C’est énorme. C’est une très belle performance. Parce qu’en développement économique, il faut souvent 100 rencontres pour qu’un projet se concrétise», indique le directeur général, Mario De Tilly.

L’entente a également permis de positionner Bécancour à l’international, grâce à la présence d’un représentant en Europe. En plus d’une visite au parc bio-industriel, à Sarnia, pour tisser des liens, Bécancour a aussi été présente lors de plusieurs salons à Montréal, Lyon et Vancouver.

Dans la région, une étude pour la création d’un incubateur en technologies environnementales et agrotechnologies a été menée. IDÉ a aussi travaillé de concert avec Jean Shoiry pour le développement du Parc industriel Laprade. À cela s’ajoute l’organisation conjointe du Salon de l’emploi Trois-Rivières-Bécancour, qui est de plus en plus couru par les employeurs.

Il y aussi l’Auberge Godefroy qui a pu en profiter du volet soutien au tourisme d’affaires de l’entente. Le tout lui a déjà permis d’attirer six événements en 2017-2018, pour un total de 281 nuitées et des retombées économiques de 93 000$.

IDÉ Trois-Rivières s’est aussi impliqué dans le projet d’économie circulaire de la Chambre de commerce du Cœur-du-Québec (CCICQ), avec un investissement de 10 000$ sur deux ans, en partenariat avec Recyc-Québec.

À cela s’ajoute une présence dans les activités de la CCICQ et des Manufacturiers de la Mauricie-Centre-du-Québec (MMCQ), une présence active sur différentes tables sectorielles de GROUPÉ Partenariat économique Mauricie – Rive Sud, le comité Synergie, le réseau des Parcs Industriels de Bécancour et le consortium de recherche et d’innovation en bioprocédés industriels au Québec (CRIBIQ).

Des annonces à venir

L’entente entre IDÉ et Bécancour, annoncée en janvier 2016, est en train d’être renégociée. Il faudra voir la suite à donner à ce que le maire de Bécancour a déjà qualifié lui-même de «la meilleure chose qui pouvait nous arriver».

Pour Jean-Guy Dubois, la formule a été «gagnante-gagnante» pour les deux parties au cours des deux dernières années. «Il y a eu des investissements et des emplois, mais aussi des données «émotives» qui sont intangibles», souligne-t-il.

«Ç’a créé une synergie dans ce que j’appelle la zone économique naturelle avec Trois-Rivières, continue Jean-Guy Dubois. Par exemple, Tourisme Trois-Rivières a aussi les entreprises dans son calepin et il en profite allègrement. On ne peut pas chiffrer toutes les retombées.»

«On a livré la marchandise, estime pour sa part Mario De Tilly. C’est mitigé. Les résultats sont extraordinaires, mais nous sommes extrêmement ambitieux. Nous avons tout en main pour partir. Nous avons semé des graines pour le futur.»

Par ailleurs, soulignons que plusieurs annonces de nature économique devraient être faites lors du prochain déjeuner du maire, qui doit avoir lieu à la fin mai. À cette occasion, il sera question de Développement Économique Bécancour Inc (DÉBI), à qui la gestion de l’incubateur industriel a été confiée.

Poster un Commentaire

avatar