L’embellisseur de Gentilly

Photo de Stéphane Lévesque
Par Stéphane Lévesque
L’embellisseur de Gentilly
Ingénieux environnementaliste, il utilise une brouette trouvée au rébus pour y faire pousser des fleurs. (Photo : Stéphane Lévesque)

HORTICULTURE. Membre du comité d’embellissement de la Ville de Bécancour (secteur Gentilly) depuis 1995 et nouvel administrateur du Moulin Michel, la passion pour l’horticulture de Daniel Émond a poussé il y a bien longtemps. Un amour de la nature qui prend ses racines dans l’enfance.

«Ma mère me faisait remarquer qu’à 10 ans, ayant trouvé l’ail en train de germer dans le réfrigérateur, je l’avais planté dans le pot de sa violette africaine. Depuis, avoir les mains dans la terre, c’est merveilleux. Ça me ground», explique l’homme natif de Schefferville.

«Lorsqu’ils ont fermé la ville, il fallait bien échouer quelque part. Je me suis ramassé à l’île d’Orléans et je travaillais à la Pépinière Moraldo à Québec, mais je ne connaissais personne», relate-t-il. Une invitation de son père, Oscar, à venir travailler à la compagnie de taxi qu’il a implantée à Gentilly va l’amener à s’établir dans la région où il s’implique bénévolement depuis 23 ans au sein du comité d’embellissement de la Ville de Bécancour.

Jamais à court d’idées, Daniel Émond veut maintenant concevoir des bacs de jardinage pour les élèves de l’école Harfang-des-Neiges. «Il faut initier les enfants à la culture des fruits et des légumes en bas âge. Ils vont faire germer leurs plants de tomate et de salade dans les classes. Au printemps, ils vont les transplanter dans les bacs. Je vais essayer de leur transmettre ma passion et leur faire comprendre l’importance de l’autosuffisance alimentaire», précise l’homme qui a pour mission d’embellir son coin de pays.

«Je le fais ici au Moulin Michel et ailleurs. En même temps, embellir, c’est une manière pour moi de redonner à la communauté qui m’a accueilli si gentiment», lance-t-il auprès d’un arbre majestueux avec, comme fond sonore, l’enchanteur ruissellement de la rivière Gentilly.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des