Le nouveau chef du BQ lance sa tournée nationale aux côtés de Louis Plamondon

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Le nouveau chef du BQ lance sa tournée nationale aux côtés de Louis Plamondon
(Photo : Bernard Lepage)

POLITIQUE. À moins de dix mois des prochaines élections fédérales, le nouveau chef du Bloc Québécois (BQ) a lancé mercredi à Shawinigan une tournée nationale qui permettra de prendre le pouls des Québécois et parallèlement, de recruter des candidats.

Pour l’occasion, il était entouré d’Yves Perron, président du parti, ainsi que par les députés Marilène Gill (Manicouagan), Monique Pauzé (Repentigny) et Louis Plamondon (Bécancour – Nicolet – Saurel).

Yves-François Blanchet en a profité pour révéler que le prochain congrès du parti aura lieu au mois de mars. «On y parlera de commerce, d’économie, de langue, d’écologie, de pétrole, de l’abandon des producteurs laitiers, de budget», a promis l’ex-ministre de l’Environnement dans le gouvernement Marois à Québec.

Le nouveau leader du BQ a d’ailleurs rappelé que la question de l’unité des forces souverainistes entre sa formation et celles au Québec ne se pose plus.  «Nous travaillons ensemble», a-t-il insisté.

De sa future candidature dans la région de la Montérégie alors qu’il habite à Shawinigan, Yves-François Blanchet ne s’est pas défilé. «Comme chef d’un parti et à quelques mois des élections, je n’ai pas le temps d’aller frapper à 4500 portes pour me faire connaître comme l’a fait François-Philippe Champagne.» Il souligne à l’inverse que «quatre, cinq ou six» comtés sont prenables pour le BQ sur Rive-Sud de Montréal.

Actuellement, le parti est représenté par 10 députés à la Chambre des communes, Yves-François Blanchet voudrait doubler ce nombre lors des élections d’octobre prochain. Sans surprise, le nouveau chef a laissé planer la candidature d’Yves Perron dans le comté de Berthier-Maskinongé. Le président national du BQ était déjà sur les rangs en 2015.

Dans la circonscription de Saint-Maurice – Champlain, Blanchet voit d’un bon œil la candidature de Pierre Jolivet, le fils de l’ex-député péquiste de Laviolette, Jean-Pierre Jolivet. «Quand je rencontre les militants, je leur demande de me dire le nom du candidat qu’ils espèrent même dans leur rêve le plus fou. Moi, je m’engage à aller voir ces gens-là», a-t-il terminé.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des