Le défi des camps de jour

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Le défi des camps de jour
Animation d'un camp de jour par Karianne Daigle (Photo : courtoisie)

SAINTE-FRANÇOISE. Les municipalités qui ont décidé de tenir un camp de jour cet été devront de nouveau jongler avec des mesures sanitaires strictes. La distanciation physique, la désinfection et les groupes-bulles seront de mise. À cela s’ajoute le port du masque, tant pour les enfants que pour les animateurs.

«On n’a pas tous les détails présentement, mais ça ressemblera à ça», confirme Karianne Daigle, coordonnatrice des camps de Fortierville et de Sainte-Françoise-de-Lotbinière.

Évidemment, les consignes de la Santé publique sont sujettes à changement. Mme Daigle ne le sait que trop bien, elle qui a été animatrice l’été dernier au camp de jour de la Ville de Trois-Rivières. Une expérience ardue dont elle tentera de tirer le meilleur pour bien épauler les animateurs qu’elle accompagnera cet été.

«L’an dernier, on recevait de nouvelles directives à toutes les deux semaines! Les gestionnaires de parcs avaient de la difficulté à gérer tout ça. On faisait tous du mieux qu’on pouvait, mais on se faisait quand même taper sur les doigts parfois. C’était vraiment dur pour le moral», raconte celle qui, auparavant, avait animé durant deux étés au camp de jour de Fortierville. Une expérience totalement différente: «Le contact de proximité avec les enfants m’a beaucoup manqué», confie-t-elle.

La coordination des camps de Fortierville et de Sainte-Françoise sera pour elle une belle expérience: «Je suis bien entourée. Les deux municipalités ont une super équipe de loisirs. Leurs bénévoles seront de bons « coachs »», souligne celle qui se promet d’en être un, également, pour les cinq animateurs qui seront sous sa supervision.

«Ils seront tous nouveaux, alors je ne veux pas que leur première expérience soit mauvaise! Je serai présente pour eux. Mon expérience de l’an passé me permettra de me mettre dans leurs bottines, alors je pourrai leur apporter du soutien et répondre à leurs interrogations en cas de besoin. Je ne veux pas leur en mettre trop sur les épaules. Nous allons travailler en équipe.»

Un des défis de l’équipe sera de trouver des activités diversifiées à offrir aux jeunes. «Par le passé, on faisait des sorties, comme aller à l’Expo agricole de Victoriaville. Cette année, on ne pourra pas en offrir. Il faudra donc trouver des alternatives. Je pense que ce sera un petit défi de trouver des activités ou des animations qui voudront bien venir à Fortierville et Sainte-Françoise.»

Les inscriptions pour les deux camps sont en cours. La formule retenue est de quatre jours par semaine. Le camp de Sainte-Françoise s’échelonnera sur quatre semaines en juillet. L’horaire sera de 8h30 à 15h30. Il n’y aura qu’un seul groupe (12 places). Celui de Fortierville durera sept semaines et proposera un horaire de 7h30 à 17h30. Trois groupes seront formés.

Le recrutement des animateurs est pratiquement terminé, au grand plaisir de la coordonnatrice, qui craignait le manque de main-d’œuvre.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires