Le coyote de Nicolet

Photo de Stéphane Lévesque
Par Stéphane Lévesque
Le coyote de Nicolet
Un coyote a été vu récemment à Nicolet. (Photo : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs )

FAUNE. Chantait-il debout entre deux dunes dans le désert des villes? On ne le sait pas, mais une chose est certaine, un coyote a été vu à Nicolet sur la rue George-Ball par Claude Bourbeau. Résident du secteur depuis 41 ans, il n’y avait pas vu de canis latrans  (le nom scientifique du coyote) depuis huit ou neuf ans.

«Il y a quelques jours, un matin, je suis sorti de ma maison et il y avait un coyote directement devant ma porte qui avait la moitié d’une fesse d’arrachée. Un peu plus loin, il y avait des poils de raton laveur. Ça s’était battu», au dire de l’homme au franc parlé rencontré lors du plus récent conseil municipal de Nicolet.

D’une longueur totale variant de 1,14 m à 1,41 m, l’animal de la famille des canidés (loup, chacal, renard et chien) a un poids entre 9 et 23 kg. Le coyote est opportuniste, adaptable et prolifique. C’est un animal intelligent et persévérant qui sait extrêmement bien tirer parti des opportunités quasi illimitées que lui procurent les régions développées. Le coyote s’est remarquablement adapté pour coloniser différents habitats et modifier son alimentation en fonction des disponibilités locales. Sa nourriture comprend à peu près de tout : insectes, rongeurs, petits carnivores, charogne, baies, amphibiens, reptiles, animaux domestiques, volaille et petit bétail. L’élimination du loup (un important prédateur du coyote) au sud du fleuve Saint-Laurent aurait permis au coyote de proliférer dans ces régions selon le Ministère de la Faune.

Rappelons que la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune stipule que «Une personne ou celle qui lui prête main forte ne peut tuer ou capturer un animal qui l’attaque ou qui cause des dommages à ses biens ou à ceux dont elle a la garde ou est chargée de l’entretien lorsqu’elle peut effaroucher cet animal ou l’empêcher de causer des dommages (article 67)». Notons que le coyote fait partie de la liste des animaux à déclaration obligatoire.

Quoi faire si vous croisez un coyote?

En 2017-2018, la Ville de Montréal a connu une vague de signalement de coyotes. Des bêtes ont été aperçues dans tous les arrondissements, même au centre-ville.Depuis juin 2017, 19 personnes ont été mordues par des coyotes. Suite à ces évènements, Montréal a publié sur son site web, une série de conseils que nous reprenons en partie :

  • Gardez votre calme.
  • Laissez à l’animal l’espace nécessaire pour s’enfuir.

Si le coyote ne part pas ou s’il a une réaction agressive :

  • Donnez-vous un air imposant en levant vos bras.
  • Faites du bruit ou criez pour l’apeurer.
  • Vous pouvez lancer des objets dans sa direction, mais sans le viser directement pour ne pas le rendre plus agressif.
  • Éloignez-vous en reculant lentement et en gardant un contact visuel avec l’animal. Évitez de lui tourner le dos. Ne courez pas.
  • Composez le 911 en cas d’urgence.

Sources : Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs et Ville de Montréal

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des