Une rue reliant la Place des Coquelicots et le quartier Clément-Vincent?

Par Joanie Mailhot
Une rue reliant la Place des Coquelicots et le quartier Clément-Vincent?
La construction d'une rue reliant la Place des Coquelicots à l'avenue Clément-Vincent engendrerait le déplacement de ce parc.

PLATEAU LAVAL. Le regroupement de partenaires du Comité de développement social et collectif de la MRC de Bécancour implore la Ville de Bécancour de revoir sa décision et lui demande de procéder à la construction d’une rue qui ferait la jonction entre la Place des Coquelicots et l’avenue Clément-Vincent, à Sainte-Angèle-de-Laval.

Il faut savoir que les plans du promoteur prévoyaient ces travaux, mais que suite au dépôt d’une pétition d’une vingtaine de résidents, le conseil municipal de la Ville de Bécancour avait résolu de ne pas procéder.

La venue d’une nouvelle rue était synonyme de réaménagement du quartier des Coquelicots, car ce passage nécessiterait le déplacement du parc et de la patinoire du quartier. Cette modification à l’aménagement devait aussi permettre l’installation d’un espace public de jeux mitoyen qui bénéficierait à l’ensemble des habitants et futurs habitants du Plateau Laval.

«Par l’ouverture de la Place des Coquelicots vers l’avenue Clément-Vincent, la Ville offrait une opportunité de désenclaver le quartier vers les nouveaux ensembles résidentiels. C’est pourquoi notre regroupement de partenaires lui a demandé de revoir sa position face à l’ouverture de la rue, c’est-à-dire dans une perspective d’inclusion des familles en contexte de vulnérabilité dans la communauté», a fait savoir Marie-Line Audet, directrice de la Corporation de développement communautaire (CDC) de la MRC de Bécancour.

Les partenaires soutiennent en effet qu’ouvrir la Place des Coquelicots vers l’avenue Clément-Vincent pourrait contribuer significativement à désenclaver le quartier et ainsi favoriser la cohabitation et la mixité sociale. «Les familles qui y vivent font face, entre autres, à des problématiques d’isolement, notamment en raison de leur emplacement géographique et l’aménagement routier, maintiennent-ils. L’ouverture de la rue contribuerait à l’inclusion de ces familles à la vie d’un quartier qui ne cesse de prendre de l’expansion et réduirait ghettoïsation du quartier et la fracture sociale entre ces habitants et les autres citoyens de Sainte-Angèle.»

Le regroupement a toutefois salué la décision de la Ville d’avoir inclus le projet de réaménagement du parc, qui comprend des jeux d’eau et une patinoire éclairée, dans le budget à l’étude pour l’année 2017.

Ainsi, pour démontrer tout l’intérêt des résidents de la Place des Coquelicots pour le projet de réaménagement du parc public et pour l’ouverture de la rue, deux demandes ont été déposées par le regroupement, le 5 décembre, à la séance régulière du conseil municipal. En effet, 61 personnes ont signé la demande pour l’ouverture de la Place des Coquelicots vers l’Avenue Clément-Vincent, alors que 66 personnes ont signé la demande pour le réaménagement du parc des Coquelicots qui comprend notamment des jeux d’eau et une patinoire éclairée.

«Nous comprenons que certains citoyens aient pu être inquiets à l’égard de l’ouverture de la rue, et que cette inquiétude ait mené au dépôt d’une pétition. Ce que nous regrettons, c’est que le conseil de Ville n’a pas mesuré la portée de cette pétition pour l’ensemble des citoyens concernés et particulièrement pour les familles du quartier d’HLM, alors que cette décision a de lourdes conséquences pour ces résidents», concluent les partenaires.

Du côté de la Ville de Bécancour, le maire Jean-Guy Dubois a convenu de rencontrer le regroupement la semaine prochaine, pour évaluer les possibilités.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires