Un gel des investissements à Nicolet

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Un gel des investissements à Nicolet
Le maire de Nicolet

INFRASTRUCTURES. À quelques jours de l’adoption du budget, le maire de Nicolet a annoncé son intention de ne pas investir de sommes importantes tant que l’incertitude règnera dans le monde municipal.

C’est donc dire que des projets déjà en cours, comme la réfection de l’Hôtel de Ville et la construction de la bibliothèque seront mises sur la glace le temps que les choses se précisent entre Québec et les municipalités.

«Techniquement, nous avons le droit d’emprunter, mais nous ne l’avons pas encore fait. Nous ne le ferons pas tant qu’on ne sera pas fixé, parce que ce sont des investissements que l’on amorce sur vingt ans», rappelle Alain Drouin.

«Nous n’emprunterons pas à long terme pour investir sur nos bâtiments pas si ce n’est pas considéré comme urgent et vital tant que nous n’aurons pas de garantie qu’il n’y aura pas d’autres coupes», ajoute-t-il.

«Probablement que nos projets vont se faire quand même, mais on ne sait pas quand, indique-t-il. Avec l’information que j’ai, je suis obligé de les retarder. Est-ce que nous les ferons cet été, à la fin de l’année. Ça pourrait aller jusqu’à les retarder d’un an.»

Le maire de Nicolet s’inquiète notamment de la proposition de la commission Robillard de compresser les transferts aux municipalités de l’ordre de 1,3 milliard $, alors qu’ils seront déjà amputées de 300 millions $ en 2015 avec le pacte fiscale transitoire.

«Je ne peux, comme gestionnaire de ville, faire comme si elle n’avait pas parler. S’ils décident de ne payer d’impôts fonciers, ça représente 1,8 million $. C’est 15% de l’ensemble de notre budget. C’est beaucoup d’argent», souligne-t-il.

Négociations en vue

C’est pourquoi il invite ses collègues des autres municipalités du Québec à geler les investissements tant que les négociations pour le prochain pacte fiscal entre le gouvernement de Philippe Couillard et les municipalités n’auront pas abouti.

«Ce devrait aller au printemps avant qu’il y ait une entente. Nous n’avons pas d’indices sur le prochain pacte fiscal, mais si l’on se fie à ce qui s’est passé en 2014, on a des raisons d’être inquiets», clame le maire de Nicolet.

Suivez Sébastien Lacroix sur Twitter: @Sebas_Lacroix

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires