Pour faire le lien entre les travailleurs et les entreprises

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Pour faire le lien entre les travailleurs et les entreprises
Annie Richard

ÉCONOMIE. Des centaines d’entreprises seront visitées dans le cadre du Marathon de l’emploi qui aura lieu le 30 mars prochain pour faire découvrir les occasions aux chercheurs d’emplois et permettre aux entreprises de faciliter leur recrutement de nouveaux talents.

Après une pause de quelques années, l’événement est de retour sous une nouvelle approche, et visent à faire un meilleur maillage entre les organismes d’employabilité, les entreprises et les chercheurs d’emplois.

L’idée est de démontrer le dynamisme de la région, tout en faisant ressortir la quantité et la qualité des postes qui sont disponibles dans les entreprises de la Rive-Sud.

En tout, les participants se partageront 26 parcours pour couvrir l’ensemble des municipalités du comté de Nicolet-Bécancour. Les équipes seront formées d’employés et d’administrateurs qui souhaitent se mobiliser pour la collectivité et son développement.

Les offres d’emplois recensés lors du Marathon de l’emploi seront d’abord réservées aux personnes inscrites sur la liste des candidats intéressés par un emploi dans Nicolet-Bécancour au cours de la semaine du 3 avril.

Pour s’inscrire, les 35 ans et plus doivent contacter le Carrefour jeunesse-emploi (819-293-2592) et les 36 ans et plus, Stratégie Carrière (819-373-1726).

Par la suite les offres seront disponibles pour le grand public, puis affichées sur le babillard au Salon de l’emploi de Trois-Rivières-Bécancour, le 20 avril prochain.

La SADC de Nicolet-Bécancour, la Chambre de Commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec, le CLD de la MRC de Bécancour, la MRC de Nicolet-Yamaska, Stratégie Carrière, le Service Intégré pour l’Emploi et le Carrefour jeunesse-emploi sont derrière l’événement.

Des besoins de part et d’autre

«D’un côté, nous avons des entreprises qui ont des besoins de ressources humaines, mais qui manquent de temps et d’outils pour les faire connaître. De l’autre, nous avons des chercheurs d’emplois qui ratent des occasions parce qu’ils n’en sont pas informés», observe la directrice générale du Carrefour jeunesse emploi, Annie Richard.

François Dubuc, le président de Nitek Laser, où a eu lieu la conférence de presse de lancement, estime que la pénurie de main-d’œuvre nuit au développement des entreprises et que des efforts doivent être réalisés. «Ça limite notre capacité d’expansion. On a beaucoup de projets, mais la pénurie à l’interne ou chez nos fournisseurs nous ralentit. C’est difficile d’en avoir parce que souvent, il n’y a pas assez d’inscriptions pour donner la formation», note-t-il.

Celui-ci a donné en exemple les 40 postes disponibles à Saint-Célestin qui font présentement l’objet d’une campagne promotionnelle. «S’ils sont comblés, ce serait la meilleure affaire pour la région, ajoute-t-il. On a avantage à se regrouper pour trouver de la main-d’œuvre.»

Christopher Bélanger, un chercheur d’emploi, est quant à lui venu témoigner des difficultés rencontrées dans ses démarches et de l’aide qu’il a été en mesure de trouver auprès des organismes de recherches d’emplois.

«Il y a beaucoup de concurrence, fait-il valoir celui qui a fait des études en statistique. Plusieurs diplômés universitaires ne savent pas comment mettre leur talent sur le marché du travail. Il faut être en mesure de mieux expliquer en quoi ça peut être utile pour une entreprise.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires