Nouveau développement domiciliaire à Bécancour

Par Joanie Mailhot
Nouveau développement domiciliaire à Bécancour
La promotrice Andréanne Cyrenne pointe le boisé où une partie du nouveau développement sera aménagée.

IMMOBILIER. Un projet de développement domiciliaire s’amorcera en 2017 à Bécancour, voisin du Domaine Bergeron. La première phase prévoit une vingtaine de terrains.

C’est Andréanne Cyrenne, fille du défunt entrepreneur bécancourois André Cyrenne, qui agira comme promotrice pour ce projet. «C’est mon père qui avait ce projet en tête avant de décéder. En 2000, quand il nous a quittés, j’avais 7 ans alors j’étais beaucoup trop jeune pour m’occuper de ça. Je pense que maintenant, c’est le bon moment», exprime la jeune femme.

Si tout va bien, elle espère que les travaux de la première phase s’entameront au printemps 2017. Dans un horizon d’environ 5 ans, la promotrice croit que le développement comptera une soixantaine de terrains.

Selon Andréanne Cyrenne, il y a encore une demande pour des terrains à Bécancour. «La Ville a fait une étude de marché et oui, il y a encore de la demande. Il reste quelques terrains dans le Domaine Bergeron, mais vraiment plus beaucoup. Sinon, il n’y a plus de terrain disponible dans le secteur de Bécancour», affirme-t-elle, ajoutant que la Ville de Bécancour appuie et soutient grandement son projet.

La promotrice indique que les terrains aménagés auront une superficie de quelque 10 000 pieds carrés. «Nos terrains seront un peu plus boisés que ceux situés dans le Domaine Bergeron. En plus de faire affaire avec un entrepreneur en construction de la région, on sera ouvert à l’autoconstruction, souligne-t-elle. On essaye de trouver notre créneau.»

Ce nouveau développement domiciliaire aura éventuellement un nom, mais le tout est encore en réflexion pour le moment. Cela dit, Mme Cyrenne a fait savoir que la rue qui porte le nom de son père, soit la rue André-Cyrenne, sera transférée dans le nouveau domaine, puisque c’est lui qui est à l’origine du projet.

Par ailleurs, Andréanne Cyrenne admet qu’elle agit comme promoteur pour ce projet-là, pour honorer l’idée de son père, mais que comme l’immobilier n’est pas principalement dans son champ d’expertise, elle ne croit pas développer d’autres projets du genre.

Suivez Le Courrier Sud sur Facebook!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires