Mont-Bénilde, bientôt propriété du Centre de la Biodiversité?

Par Joanie Mailhot
Mont-Bénilde, bientôt propriété du Centre de la Biodiversité?
L'école publique alternative sera située au Faubourg Mont-Bénilde

TRANSACTION. Plusieurs offres en vue d’acquérir le Mont-Bénilde ont été sur la table depuis sa fermeture, en 2008. Or, tout porte à croire que c’est le Centre de la Biodiversité, voisin du bâtiment convoité, qui remportera la mise.

L’organisme promoteur s’affaire présentement à compléter son montage financier auprès de différents partenaires. Cela dit, un projet d’offre d’achat a déjà été présenté aux Frères des écoles chrétiennes, actuellement propriétaire du bâtiment, mais une proposition plus officielle devrait être déposée dans les prochains jours.

Carole Bellerose, directrice générale du Centre de la biodiversité, n’a pas confirmé le montant de la transaction. Toutefois, il a été possible d’apprendre que la Ville de Bécancour a autorisé une aide financière de 300 000$, conditionnellement à ce que les autres partenaires financiers versent les sommes prévues. De plus, les élus de la Ville recommandent la MRC de Bécancour d’octroyer une somme de 50 000$, via le Fonds du Pacte rural.

«Même s’il a déjà été question que la Ville achète le Mont-Bénilde, je pense que l’option envisagée avec le Centre de la biodiversité est vraiment plus intéressante, c’est pourquoi on les appuie et on les supporte dans leurs démarches», a fait savoir le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Il considère aussi qu’il s’agit d’un bon compromis puisque la Ville ne souhaitait pas tellement que des promoteurs en prennent possession «pour y mettre le bulldozer et y vendre les terrains à cause de la vue magnifique.»

Pour le premier magistrat, le plus important est que le Mont-Bénilde conserve sa dimension éducative, du moins partiellement, rêvant même d’une «école verte» qui desservirait une clientèle étudiante en hausse dans les classes actuelles, notamment à Saint-Grégoire. M. Dubois est également déçu de ne pas avoir d’école secondaire sur le territoire bécancourois. «On n’a pas de formation secondaire et j’aimerais bien ça. C’est une question de rétention: offrir une gamme de services attrayants à nos citoyens.»

Il faut dire que la Ville de Bécancour utilise déjà certains espaces du Mont-Bénilde, dont la piscine. Mais le maire confirme que la Ville n’a pas besoin de locaux. Jean-Guy Dubois indique toutefois que la municipalité entend réaménager une portion des terrains situés à l’arrière du bâtiment principal, pour en faire des terrains de soccer. «C’est que les autres terrains de soccer, à Sainte-Angèle-de-Laval, seront transformés en terrains résidentiels», explique M. Dubois. Notons que la partie des terrains qui ne serait pas acquise par le Centre de la biodiversité pourrait servir à du développement résidentiel par le privé.

Enfin, Jean-Guy Dubois précise que l’intérêt de la Ville à investir dans ce projet est plus pour les équipements de loisirs, pour usage communautaire, qu’offre le Mont-Bénilde.

Suivez Joanie Mailhot sur Twitter: @Jo_Mailhot

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires