Marché Metro Beaumier fermera en août

Par superadmin
Marché Metro Beaumier fermera en août
Le Marché Metro Beaumier de Nicolet laissera la place à la bannière Super C cet automne. Photo

Après 50 ans dans le paysage nicolétain, le marché Beaumier fermera ses portes. Dès cet automne, la bannière Metro qu’il affichait laissera la place à la bannière Super C. Les copropriétaires, Louise Gagnon et Mario Beaumier, quitteront l’entreprise, eux qui viennent d’investir environ 3 millions $ dans l’agrandissement et l’amélioration de leur marché d’alimentation…

Informés de la situation il y a un peu plus d’une semaine, les employés se sont réunis lundi pour discuter avec leur syndicat des options qui s’offraient à eux.

Selon les informations obtenues par Le Courrier Sud, Metro Beaumier fermera ses portes à la fin du mois d’août pour préparer l’implantation du nouveau commerce. Huit semaines de travaux devraient être nécessaires.

La décision fait suite à une étude de marché réalisée par la maison-mère Metro, qui indiquait qu’un magasin d’escompte comme la bannière Super C serait approprié à Nicolet. «L’offre standard était déjà comblée par Metro Plus St-Grégoire et IGA Clément, indique Mario Beaumier. Or, la maison-mère a remarqué que les gens de Nicolet appréciaient beaucoup les spéciaux. Elle a donc décidé d’offrir un nouveau choix à la population, en lui donnant accès à un marché d’alimentation à prix plus compétitifs.»

Selon les estimations, la bannière Super C pourrait doubler ses ventes par rapport à celles réalisées présentement par le Marché Metro Beaumier. «Traditionnellement, Metro attire une clientèle provenant d’un rayon de 10 km à vol d’oiseau, alors que Super C en attire dans un rayon de 30 km.»

En négociation depuis quelques mois

Mario Beaumier ne s’en cache pas : l’agrandissement du IGA, son voisin d’en face, a fait mal. «Ils ont fait un copier-coller de notre agrandissement, mais en mieux, avoue-t-il. Sobeys est une grosse maison-mère qui a plus de moyens financiers que Metro, qui est la seule chaîne encore indépendante au Québec. Alors, investir 6,5 millions $ n’était pas un problème pour eux.»

M. Beaumier, qui était en négociation avec sa maison-mère depuis quelques mois déjà, estime que la décision d’offrir un nouveau choix à la population dans le domaine de l’alimentation est une bonne nouvelle. «Ça répond vraiment à un besoin.»

Aucun emploi perdu

Par ailleurs, Mario Beaumier se fait rassurant : ce changement de bannière n’entraînera aucune perte d’emplois. Il se pourrait même que la nouvelle bannière embauche une dizaine de personnes supplémentaires, ce qui porterait à 65 son nombre total d’employés.

Pour l’instant, la bannière Super C de Nicolet sera gérée par la maison-mère. Au fil des mois, elle pourrait transférer le mandat à un employé en place qui se sera démarqué. «Ma priorité, c’était justement qu’on ne coupe pas dans le personnel. Certaines personnes sont en poste depuis 27 ans! Je suis heureux que la transition se passe bien», conclut Mario Beaumier, qui demeurera seulement propriétaire de la bâtisse et du terrain.

Pour lui, c’est un chapitre complet de son histoire familiale qui se termine, mais il prétend que son deuil est fait: «C’est sûr que j’ai vécu des moments durs quand j’ai pris la décision de laisser la place à ce nouveau créneau. Mais maintenant, il faut regarder en avant et penser aux clients et aux employés.»

Monsieur Beaumier se consacrera maintenant à temps plein à son méga projet domiciliaire à Nicolet, le Faubourg du Ruisseau. Son ex-associée chez Metro, Louise Gagnon, le rejoindra à l’administration. Pour sa part, le gérant du Metro, Alexandre Dubois, est en processus d’embauche pour un poste d’agent de développement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback
Mario Beaumier intronisé au Temple de la renommée des épiciers - Le Courrier Sud
4 années

[…] lui seul, le Metro de Nicolet a subi 13 rénovations en 50 ans, avant de devenir un Super C, en 2010, dans un souci de conserver les emplois. Celui de Saint-Grégoire, acquis en 1985, est passé de 2 […]