Le Centre Christ-Roi perdra un autre service

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Le Centre Christ-Roi perdra un autre service
Le Centre Christ-Roi (Photo : Archives)

SANTÉ. Est-ce le début de la fin pour l’urgence du Centre Christ-Roi à Nicolet? C’est du moins ce que craint le syndicat à la lecture des derniers transferts de services vers Trois-Rivières.

Après avoir annoncé la perte de quelques spécialités, ainsi que la possibilité que le laboratoire soit centralisé à Trois-Rivières, avec le projet Optilab, voilà qu’on apprend que  la distribution des médicaments sera transférée au Centre Cloutier-du-Rivage.

Selon des informations obtenues par Le Courrier Sud, le tout pourrait être effectif d’ici deux mois, puisque le délai minimal prévu à la convention collective est d’un minimum de 60 jours.

«Quand un médecin a un mélange spécial à faire, ça se fait tout de suite à Nicolet. À l’avenir, il devra passer par Trois-Rivières quand ce sera urgent», souligne Claude Audy, le vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) du Cœur-du-Québec.

Le Syndicat déplore également le risque d’augmenter le nombre d’erreurs médicales «À Nicolet, ils connaissaient bien leur robot, continue Claude Audy. En étant à Trois-Rivières, il y aura davantage de manipulations. Plus il y a de monde différent qui y touche, plus il y a des chances de se tromper. Il faudra ensacher le médicament, le mettre sur un chariot et le transporter. Ça ajoutera des étapes.»

Au CIUSSS MCQ, on confirme que le transfert des activités de distribution de médicaments vers le Centre Cloutier-du-Rivage,  au courant de 2017, mais on assure que pour les usagers, il n’y aura aucune perte, ni changement en tant que tel.

«En fait, les pharmaciens seront encore plus disponibles pour faire des consultations, étant donné qu’ils seront libérés de cette tâche-là», fait valoir Guillaume Cliche, porte-parole au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Il ajoute que ce changement a notamment comme objectif d’améliorer la fluidité du service. «Les médicaments arriveront au même moment ou même plus rapidement que ce qu’on connaît présentement. D’ailleurs, actuellement, la préparation des médicaments se fait du lundi au vendredi, de jour, soutient M. Cliche. En transférant le tout, les demandes seront traitées aussi rapidement. Il faut dire aussi que le cabinet de distribution sécurisé auquel les médecins ont accès lorsque la pharmacie est fermée, en soirée par exemple, sera maintenu en place lorsque le service de pharmacie sera entièrement transféré.»

Par ailleurs, concernant l’utilisation du robot, le porte-parole indique qu’il arrivait à sa fin de vie utile et qu’il fallait renouveler l’équipement prochainement. «Je tiens aussi à préciser qu’à Trois-Rivières, un équipement supplémentaire concernant la qualité est utilisé, ce qui n’était pas le cas à Nicolet…et qui ne l’aurait jamais été.»

Des répercussions

Le transfert progressif de plus en plus de services vers Trois-Rivières inquiète particulièrement la FSSS-CSN pour qui la fermeture de l’urgence est peut-être dans les cartons de la direction régionale du CIUSSS.

«Est-ce qu’ils s’en vont vers des groupes de médecines familiales (GMF) comme ils l’ont fait à Plessisville? C’est la vision qu’ils ont pour les services en région, soulève Claude Audy. C’est aussi un signal clair qu’ils veulent envoyer de plus en plus de monde vers le privé.»

«Au départ, ce devait être simplement des fusions administratives, mais quand on voit de plus en plus de services être centralisés, c’est un peu fatigant. On se pose la question, surtout qu’on voit beaucoup de postes qui sont coupés dans d’autres urgences de la région.»

Le départ annoncé du service de la pharmacie touche cinq employés qui seront transférés de Nicolet à Trois-Rivières. «Ça aura des répercussions économiques sur la vie locale, déplore le vice-président régional de la FSSS-CSN. Parce que certains ont l’intention de déménager. Il y en a d’autres qui venaient travailler à pied et qui devront voyager en automobile avec tous les frais que ça entraînent.»

Avec la collaboration de Joanie Mailhot

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires