La revitalisation comme piste de solution

Par Joanie Mailhot
La revitalisation comme piste de solution
Le travailleur népalais Dik Bahadur Waiba

SAINTE-FRANÇOISE. Un projet visant à former et à intégrer en milieu de travail des personnes immigrantes a été lancé par AGRIcarrières, comité sectoriel de main-d’œuvre de la production agricole. Pour les nombreux acteurs du milieu, ce projet de revitalisation dans la MRC de Bécancour est vu comme une piste de solution au problème de main-d’œuvre agricole.

Développé en partenariat avec les municipalités de Sainte-Françoise et de Fortierville et rendu possible grâce à l’appui de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) et de partenaires de la région, ce projet a pour objectif de pourvoir six postes d’ouvriers sur des fermes laitières de la région tout en s’intégrant dans une démarche de revitalisation des municipalités concernées.

En parallèle, devant les défis de revitalisation de certaines communautés rurales comme celles de Sainte-Françoise et de Fortierville, les immigrants représentent une opportunité à saisir, d’autant plus que plusieurs d’entre eux ayant été fermiers ou ouvriers agricoles dans leur pays d’origine souhaitent retrouver ce même mode de vie.

«L’idée est vraiment bonne et le projet rallie plein d’acteurs qui ont des enjeux différents. C’est pourquoi tous les intervenants gagnent à faire cette «opération séduction», notamment en vue de combler le manque de main-d’œuvre en agriculture», fait valoir Maxime Sauvageau, technicien en ressources humaines au Centre d’emploi agricole de la Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec.

D’un côté, les villages souhaitent revitaliser leur milieu en intégrants de nouveaux citoyens et de l’autre, les producteurs agricoles recherchent de la main-d’œuvre. «Nous avons besoin de nouveaux citoyens pour maintenir la vitalité de nos communautés et pour répondre aux besoins de nos entreprises, dont celles du secteur agricole, mais aussi pour avoir plus d’élèves dans nos écoles et plus de clients pour nos commerces. C’est donc une occasion inespérée pour attirer des immigrants chez nous», explique Mario Lyonnais, maire de Sainte-Françoise et préfet de la MRC de Bécancour.

«Quand les immigrants viennent s’établir dans nos communautés, ils deviennent des résidents permanents, donc ça fait tourner l’économie locale», ajoute M. Sauvageau.

Du côté d’AGRIcarrières, les enjeux sont spécifiquement d’attirer et de diversifier les bassins de main-d’œuvre, de disposer de ressources compétentes et qualifiées et de retenir la main-d’œuvre par de bonnes pratiques de gestion des ressources humaines.

Admissibilité

Pour être admissibles, les candidats doivent être d’origine immigrante, avoir la permission de travailler au Canada (étant nouvellement établis ou en voie de l’être) et détenir une connaissance fonctionnelle de la langue française. Ils doivent également avoir le profil recherché tant au niveau de la motivation, des compétences face à l’emploi, des capacités d’apprentissage et des attitudes au travail.

Les candidats sélectionnés suivront le cheminement suivant: une visite exploratoire avec leur famille d’une journée sur la ferme de leur nouvel employeur et de la municipalité, un stage d’expérimentation de 3 jours en milieu de travail, une formation théorique en classe d’une journée, un stage d’apprentissage rémunéré de travail de 4 semaines et enfin, un apprentissage rémunéré de 20 semaines chez un employeur où ils commenceront un Programme d’apprentissage en milieu de travail (PAMT). L’étape ultime est l’occupation d’un emploi permanent et la poursuite du PAMT jusqu’à l’obtention d’un certificat de qualification professionnelle.

Dans le but d’assurer la réussite du projet, les employeurs qui s’y impliqueront devront respecter différents critères: offrir un poste permanent à temps plein et des conditions de travail compétitives, assurer la formation et l’intégration en emploi de leur nouvel employé et s’engager à poursuivre cette implication après la fin du projet.

Tout au long du processus, un soutien visant à favoriser l’intégration, la formation et le maintien en emploi tant pour les producteurs laitiers que pour les candidats ainsi que leur famille sera assuré par les consultantes Céline Auger et Suzanne Laroche.

«Le principal défi demeure de s’assurer d’offrir toutes les conditions gagnantes pour faciliter l’intégration de ces familles en milieu rural et celle des travailleurs en emploi. Pour gagner ce pari, on s’assure d’apporter tout le soutien nécessaire au recrutement, à l’accueil, à la formation et au perfectionnement en français axés sur le travail de base en production laitière, au déménagement et à la recherche d’un logis, l’inscription des enfants à l’école, etc.», souligne Céline Auger.

AGRIcarrières et ses partenaires espèrent que ce projet s’avère un bel exemple de réussite et serve de modèle pour le développement d’autres initiatives semblables dans le secteur agricole dans d’autres régions et d’autres productions.

À LIRE AUSSI:
Le parcours inspirant de Dik Bahadur Waiba
La Ferme Drapeau et Bélanger : un modèle d’intégration
Pénurie de main-d’œuvre agricole

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires