IFFCO: «C’est un projet qu’on ne peut pas manquer»

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
IFFCO: «C’est un projet qu’on ne peut pas manquer»
Jean-Guy Doucet

ÉCONOMIE. Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec (CCICQ), Jean-Guy Doucet, a toujours confiance que le projet d’IFFCO se réalise, même s’il est reporté indéfiniment.

«Ce n’est pas intéressant pour nos commerces et nos entreprises que ce soit repoussé dans le temps, admet-il. On souhaite que ça se fasse et la bonne nouvelle c’est qu’ils continuent d’investir. IFFCO et la Coop fédérée sont des partenaires très crédibles et le dossier chemine bien».

Selon lui, il faut donner toutes les chances de réussite au projet qui s’annonce pour être le plus important des 25 dernières années au Québec.

«C’est un projet de deux milliards $. Ça représentera des retombées économiques de deux millions $ par jour, indique-t-il. On ne peut pas le manquer».

«Comme il y a un petit délai, c’est certain que c’est insécurisant, ajoute-t-il. Toutefois, j’ai bonne confiance qu’il y a des entreprises qui vont se joindre au consortium et que le projet ira de l’avant.»

Rappelons qu’à l’origine, le projet d’IFFCO devait se mettre en chantier en 2014 et créer entre 1000 et 1500 emplois durant la période de la construction. L’usine devait entrer en opération en 2017, et créer 250 postes permanents.

C’est pourquoi le milieu économique de la région fondait de grands espoirs sur ce chantier majeur afin de permettre une relance dans un contexte de mise en dormance de la centrale nucléaire Gentilly-2.

Suivez Sébastien Lacroix sur Twitter: @Sebas_Lacroix

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires