École la Source: une situation qui cause des maux de tête

Par Joanie Mailhot
École la Source: une situation qui cause des maux de tête

SAINTE-CÉCILE-DE-LÉVRARD. Des parents ont communiqué avec Le Courrier Sud pour nous faire part d’une situation préoccupante concernant la santé des enfants et du personnel qui fréquentent l’école primaire la Source de Sainte-Cécile-de-Lévrard.

Il semble que la fournaise à l’huile de l’établissement soit défectueuse, affectant ainsi la qualité de l’air qui circule dans l’école. Certains enseignants se sont plaints de maux de tête et plus récemment, il y a environ 3 semaines, des élèves ont aussi commencé à ressentir des symptômes, dont maux de tête et étourdissements.

Appelée à commenter la situation, la directrice générale de la Commission scolaire de la Riveraine a fait savoir qu’une analyse de la qualité de l’air est prévue le 21 novembre, et sera réalisée par une firme externe dans le but d’avoir une analyse objective.

«On prend très au sérieux les préoccupations des parents. Si les résultats de l’analyse nous démontrent que la santé et la sécurité des élèves et des membres du personnel sont compromises, on verra toutes les solutions possibles pour remédier à la situation, affirme France Lefebvre. Nous attendons seulement d’avoir l’heure juste pour prendre une décision éclairée, mais nous ne nions pas les symptômes qui nous ont été rapportés.»

Mentionnons qu’il y a 3 ans, une situation semblable s’était produite et que des corrections avaient alors été apportées.

Cette fois-ci, parmi les solutions envisageables, il y a le transfert des élèves et des professionnels vers l’école primaire la Nacelle de Saint-Pierre-les-Becquets. «Nous ne ferons aucun compromis sur la santé et la sécurité des enfants», assure Mme Lefebvre soulignant du même coup que la Commission scolaire a reçu les éléments d’information en lien avec la qualité de l’air vers la fin du mois de septembre.

Fusion des deux écoles?

Des démarches sont en cours en vue de, peut-être, fusionner les écoles primaires la Nacelle et la Source. C’est que les deux écoles, situées à quelque 5 km de distance, n’ont que très peu d’élèves chacune. D’un côté, à Saint-Pierre-les-Becquets, on compte près d’une quarantaine d’élèves de la maternelle à la 3e année, alors qu’à Sainte-Cécile-de-Lévrard, le chiffre est similaire pour les trois derniers niveaux du primaire.

«Un comité paritaire a été formé pour étudier la question. On y retrouve notamment des parents des deux communautés, les deux maires, les directions d’école et des membres de la communauté, précise la directrice générale. Une analyse est amorcée en ce sens, mais on attend encore les conclusions.»

Il faut dire que le conseil d’établissement est aussi mis à contribution dans ce dossier, de même que le conseil des commissaires.

«Dans ce contexte, l’analyse de la qualité de l’air est donc primordiale parce que ça pourrait orienter le projet de la fusion, selon les résultats. Si on nous démontre que c’est nocif pour les enfants et les adultes d’y être, on pourrait procéder à la fermeture technique de l’école, le temps de s’orienter, soit vers la réparation ou vers la fusion, par exemple», soutient France Lefebvre.

Cela dit, normalement, pour fermer une école dans les règles de l’art, la directrice générale mentionne qu’il faut effectuer un processus d’audiences publiques et que certaines étapes sont à franchir avant de mettre la clé dans la porte de manière définitive.

Suivez Joanie Mailhot sur Twitter: @Jo_Mailhot

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires