École La Source: aucun lien entre les symptômes et la qualité de l’air

Par Joanie Mailhot
École La Source: aucun lien entre les symptômes et la qualité de l’air

SAINTE-CÉCILE-DE-LÉVRARD. En novembre, après que des parents aient manifesté leur inquiétude face à la qualité de l’air de l’école primaire La Source, la Commission scolaire de la Riveraine avait demandé à la Direction de la santé publique de faire une évaluation de la qualité de l’air intérieur de l’établissement, dans le but d’émettre des recommandations, le cas échéant.

Ainsi, le 12 décembre, des membres de l’équipe santé et environnement de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec se sont rendus sur place.

Les parents ont reçu hier le bilan de l’intervention, dans lequel on indique qu’«à la lumière des informations obtenues et de la visite des lieux, aucun lien direct entre les symptômes n’a pu être confirmé entre un contaminant spécifique et les effets ressentis chez les travailleurs et les enfants.»

On se souviendra que des inquiétudes avaient été exprimées pour la santé des travailleurs et des élèves de l’école La Source. Plusieurs symptômes avaient été signalés tels des maux de tête, étourdissements, nausées, difficultés respiratoires, larmoiements, pertes de concentration et d’énergie, toux.

Mentionnons que la méthode d’évaluation était basée sur l’inspection visuelle des locaux. Le but de cette démarche était d’identifier des sources de contamination potentielle qui pourraient être compatibles avec les symptômes éprouvés par les personnes présentes à l’école. De plus, une évaluation de la situation a été effectuée par le biais d’informations complémentaires qui avaient été fournies par le Service des ressources matérielles de la Riveraine.

Enfin, «la ventilation est assurée par une ventilation naturelle dans toutes les pièces de l’école», souligne-t-on.

Résultats et interprétation

Des mesures ont été prises pour évaluer s’il y avait du monoxyde de carbone qui aurait pu être généré par une combustion incomplète du système de chauffage. Selon les résultats obtenus, il n’y a aucune contamination au monoxyde de carbone.

Concernant la moisissure, les résultats préliminaires de la firme Gesfor, dans le sous-sol, démontrent que les zones suspectées contaminées qui ont pu être observées semblent de petites zones localisées. Les résultats par la firme restent à être compilés et officialisés dans un rapport. Malgré des signes de passage d’eau au sous-sol, on note que plusieurs mesures de corrections ont été apportées suite à des recommandations de l’investigation de 2012.

Dans le passé, il y aurait eu un déversement d’huile à chauffage au sous-sol, laissant suspecter une contamination dans le sous-sol de l’école. Toutefois, au moment de l’inspection, aucune odeur n’était perceptible.

De plus, la Direction de la santé publique rappelle que l’hiver, en période de chauffage, l’air à l’intérieur est souvent plus sec. «Un taux d’humidité relative insuffisant peut occasionner une sécheresse ou une irritation des yeux, du nez et de la gorge. Cependant, un taux d’humidité trop élevé, en plus d’être inconfortable, peut favoriser le développement de micro-organismes indésirables», précise-t-on dans le rapport.

Eau potable

Une vérification a été faite pour s’assurer de la qualité de l’eau potable à l’école, desservie par la municipalité de Sainte-Cécile-de-Lévrard. Un suivi bactériologique est fait périodiquement à l’école. Selon les résultats des échantillonnages des sept dernières années, l’école a une eau potable de qualité.

À lire aussi: Des recommandations pour améliorer la qualité de l’air à l’école La Source

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires