Deux nouvelles usines au Parc industriel de Bécancour?

Par superadmin
Deux nouvelles usines au Parc industriel de Bécancour?
Rio Tinto Fer et Titane pourrait choisir Bécancour pour sa nouvelle usine.

Les rumeurs concernant l’implantation de deux nouvelles usines dans le Parc industriel et portuaire de Bécancour s’intensifient. Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) est à la recherche d’un terrain pour bâtir une usine de réduction de minerai, tandis que Cliffs Natural Resources cherche un endroit pour établir une fonderie de chromite.

Le parc de Bécancour ferait partie des endroits envisagés par les deux compagnies. Le projet de RTFT est évalué à 3 milliards de dollars, tandis que celui de Cliffs Natural Resources se situe à peu près dans les mêmes eaux, c’est-à-dire environ 3,3 milliards de dollars. Ils créeraient chacun environ 400 emplois.

Rio Tinto Fer et Titane

Rio Tinto Fer et Titane, basée à Sorel-Tracy, aurait étudié 17 sites au Québec pour sa nouvelle usine. Selon le député de Bas-Richelieu-Nicolet-Bécancour, Louis Plamondon, il n’en resterait que deux en lice, dont Bécancour. L’autre nom qui circule serait celui de Gros Cacouna.

Il faut préciser qu’une usine comme celle projetée par RTFT demande un port de mer en eau profonde, un vaste terrain industriel, de même qu’un accès à des voies de circulation qui rejoignent les grands centres. Les deux sites en lice disposeraient des infrastructures et des espaces nécessaires.

«Bécancour a un terrain solide, l’approvisionnement électrique est garanti et les mesures environnementales sont déjà évaluées, ce qui accélère bien des démarches», prêche M. Plamondon. Il ajoute que les fonctionnaires de Québec s’accordent pour dire que le parc de Bécancour est une valeur sûre : «Il a été conçu justement pour accueillir de grandes usines. Les entreprises qui veulent s’y installer peuvent construire rapidement.»

Cliffs Natural Resources

En ce qui concerne le projet de Cliffs Natural Resources, plusieurs autres villes feraient compétition à Bécancour, dont Sudbury, Thunder Bay, Timmins, Greenstone et Rouyn-Noranda.

La future usine aura besoin de 300 MW pour ses opérations. C’est donc dire que l’approvisionnement en énergie sera un facteur déterminant sur la décision finale. À cet égard, le gouvernement du Québec a fait savoir récemment qu’Hydro-Québec serait prête à accorder le tarif grande puissance (tarif L) à la compagnie si elle s’établissait dansla province. Fixéà 2,95 cents le kilowattheure, il s’agit du plus concurrentiel en la matière…

Toutefois, dans une entrevue accordée le 4 avril dernier au Thunder Bay Newswatch,Andrew Mitchell, directeur du développement pour Cliffs Chromite Ontario, une filiale de Cliffs Natural Resources, a mentionné que sa préférence allait pour l’Ontario. C’est à suivre…

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires