De l’hébergement à Saint-Léonard

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix

TOURISME. Après plus d’un an d’importants travaux, la maison Carter, au centre du village de Saint-Léonard-d’Aston, a été complètement transformée pour devenir le gîte des Marguerites.

L’impressionnante demeure sur la rue Principale avait été construite en 1899, par le Révérand Louis-Élie Dauth, avant que trois générations de Carter s’y succèdent. Puis, un couple de personnes âgées l’a habitée au cours des sept dernières années avant d’être acquise par Céline Beauregard et Robert Richard qui ont fait des rénovations majeures pour ouvrir le nouveau bed and breakfeast.

Le Gîte fait d’ailleurs une grande place à l’histoire des lieux en nommant chacune des cinq chambres par un des membres de la famille qui y a habité au fil des ans, sans oublier le célèbre curé qui a fait bâtir la maison près d’une ferme.

Une photo d’époque est aussi accrochée à l’entrée de chacune des chambres. Des objets liés à l’histoire de la famille seront également exposés dans la maison et une pierre commémorative doit être installée sur le terrain à l’avant de l’impressionnant bâtiment d’une quinzaine de pièces.

Les nouveaux propriétaires ont travaillé d’arrache-pied pour renipper cette maison dont l’entretien avait été quelque peu délaissé au cours des dernières années en raison de l’état de santé de ses occupants.

Ils ont été en mesure de conserver le cachet d’antan avec des hauts plafonds, des lattes de bois, des boiseries anciennes et l’ancien autel du curé, par exemple.

En plus de se plonger dans l’histoire des lieux, le gîte permet aux occupants d’avoir une intimité en étant séparés de la partie habitée par les propriétaires.

Pour attirer des touristes

Les cinq chambres, dont trois lits de grand format (queen) et deux lits doubles, permettent d’héberger dix personnes. Le gîte offre aussi un souper et un déjeuner continental.

Il s’agit d’ailleurs d’une nouvelle offre en hébergement dans la région, et le seul endroit à Saint-Léonard-d’Aston qui n’avait plus ce service depuis la démolition de l’ancien Madrid. Le gîte vient à peine d’ouvrir ses portes qu’il suscite déjà de l’intérêt d’une clientèle en provenance de l’Europe qui souhaite découvrir les milieux ruraux.

Les propriétaires comptent d’ailleurs organiser des événements pour attirer des touristes. Un festival de la patate, un carnaval ou encore le passage de l’émission de La Petite Séduction sont parmi leurs projets pour «mettre Saint-Léonard sur la map».

En plus du gîte, un café et une terrasse sont aussi ouverts au public depuis quelques mois. À cela s’ajoute une boutique des artisans où l’on vend des bijoux, des objets de maison en passant par les vêtements.

Les propriétaires comptent également jouer un rôle de catalyseur, en référant la clientèle aux autres commerçants de la rue Principale pour les services qu’ils ne sont pas en mesure d’offrir.

Une visite de la municipalité et de la région sera d’ailleurs offerte aux groupes européens pour leur faire découvrir notre coin de pays.

 

Suivez-nous sur Facebook!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires