Bécancour pourrait bâtir son incubateur d’entreprises

Par Joanie Mailhot
Bécancour pourrait bâtir son incubateur d’entreprises
Jean-Guy Dubois

ÉCONOMIE. Le maire de Bécancour répète depuis quelque temps qu’en 2017, la Ville de Bécancour a l’intention de faire bouger l’économie. Jean-Guy Dubois ne souhaite plus seulement attendre après les grands projets. Il souhaite passer à l’action.

«Dans la préoccupation qu’on a, à la Ville de Bécancour, d’activer et d’animer le développement industriel, on a réservé un montant d’un million $. Cette somme pourrait être utilisée pour certaines infrastructures, comme un genre de motel industriel ou un incubateur/accélérateur d’entreprises», indique le maire Dubois, ajoutant que la Ville a quelques idées en tête, qu’elle «brasse» avec Innovation et Développement économique (IDÉ) Trois-Rivières.

Il admet que le projet est semblable à ce qui avait été proposé à Gentilly, mais avec quelques changements pointus. «Il y a deux ans, on visait le Club de golf de Gentilly. Là, le projet est similaire, mais la grande différence est qu’à l’époque, on s’adaptait à une bâtisse déjà existante, alors que dans le cas actuel, on construirait une bâtisse qui répondrait exactement à nos besoins, selon l’étude marché qui est en train de se faire.»

Jean-Guy Dubois soutient que la Ville de Bécancour cible du démarrage et de l’attrait d’entreprises. «On vise des petites et des moyennes entreprises qui vont venir utiliser les ressources. Ça va nous préparer à des grands projets…parce que oui, il va y en avoir et on veut être prêt, mentionne-t-il. Il faut avoir une sous-traitance qui serait déjà disposée à le faire.»

Évidemment, pour le maire, toute la question des technologies environnementales est importante. Quant à l’emplacement de ce futur bâtiment, il pourrait se construire dans le Parc LaPrade ou dans le Parc Jean-Demers.

Soulignons qu’à la dernière séance régulière du conseil municipal, la Ville de Bécancour a déposé une demande au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT). «C’est que si on décide de faire un tel projet d’incubateur, on fera sûrement appel au Fonds de diversification, qui a une somme importante de disponible pour ça. Mais pour y avoir accès, la demande ne doit pas provenir de la Ville, mais bien d’une Corporation», explique le maire.

Comme la Ville a déjà une Corporation qui a justement ce rôle-là, la Corporation de promotion et de développement de Bécancour, «on veut s’assurer auprès du MAMOT de faire reconnaître cette Corporation-là pour pouvoir y verser des montants, qui pourront servir à faire des investissements en développement.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires