Aucun risque pour les résidents à proximité

Photo de Sebastien Lacroix
Par Sebastien Lacroix
Aucun risque pour les résidents à proximité
Le terrain contaminé n'est pas celui du parc industriel et portuaire

ENVIRONNEMENT. La Santé publique assure que les résidents demeurant à proximité de l’ancien site d’enfouissement industriel appartenant autrefois à Alsa Aluminium et Recyclage Aluminum n’ont pas à craindre pour leur santé et leur eau potable.

De concert avec le ministère de l’Environnement (MDDELCC), la Direction de santé publique et responsabilité populationnelle (DSPRP) du CIUSSS MCQ suit de près la situation et les problématiques environnementales du terrain lourdement contaminé, sur le chemin Louis-Riel, à Bécancour.

Des analyses de la qualité de l’eau ont en effet été effectuées par le MDDELCC dans les puits privés les plus près, qui sont situés à plus de 1 km de l’ancien site d’enfouissement qui, au cours des 10 dernières années, aurait laissé échapper pas moins de 184 000 tonnes de matières dangereuses toxiques dans les eaux souterraines de Bécancour, selon le scandale mis au jour par le Journal de Montréal.

Les résultats sont comparés aux exigences du Règlement sur la qualité de l’eau potable (RQEP) et la DSPRP les reçoit depuis 2013. Parmi l’ensemble des éléments mesurés, les fluorures constituent l’unique paramètre qui s’est avéré au-dessus de la norme (maximum 3,6 mg/L par rapport à la norme RQEP : 1,5 mg/L), et ce, pour deux des quatre résidences concernées.

«Il faut toutefois préciser que les fluorures peuvent être présents de façon naturelle dans l’eau souterraine et de surface par dissolution des dépôts minéraux», souligne Karine Martel, Conseillère en santé environnementale au CIUSSS MCQ.

La DSPRP ajoute toutefois que des concentrations en fluorures supérieures à la norme québécoise pourraient entraîner l’apparition de fluorose dentaire chez les enfants âgés de moins de neuf ans, et particulièrement chez les moins de cinq ans. Il est alors recommandé de réduire l’exposition aux fluorures chez les enfants de ce groupe d’âge en utilisant de l’eau embouteillée.

«Les occupants des deux résidences concernées ont été avisés en 2013 et de nouveau en 2016. Aucune autre recommandation de santé publique n’est nécessaire et les personnes de plus de neuf ans peuvent consommer leur eau en toute sécurité, ajoute Mme Martel. D’ailleurs, aucun avis de non-consommation n’a été émis par la Direction de santé publique pour l’ensemble des résidences à proximité.»

La Direction de santé publique continuera tout de même de suivre les résultats d’eau potable et de répondre aux inquiétudes de la population touchée jusqu’à ce que la situation soit réglée. «Les eaux contaminées par le site d’enfouissement demeurent une situation préoccupante au niveau environnemental et des efforts doivent être faits sans délai pour régler cette situation», insiste la conseillère en santé environnementale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires