Le corps de police Abénakis voit le jour

Par Martin Therriault
Le corps de police Abénakis voit le jour
Les services de police de Wôlinak et d’Odanak sont maintenant fusionnés pour former le Corps de police des Abénaquis. Pour souligner l’événement

Les services de police de Wôlinak et d’Odanak ne font maintenant plus qu’un, puisqu’ils ont fusionné pour créer le Corps de Police des Abénakis. Cette décision a été prise afin de permettre une meilleure couverture de l’ensemble du territoire et réduire les délais d’intervention.

Cette fusion est une première dans la province depuis l’adoption d’amendements à la Loi sur la police par le gouvernement du Québec, l’an dernier. Cette entente visait l’installation ou le maintien de corps de police en négociant avec une ou plusieurs communautés autochtones. «Le but est d’assurer le maintien des services offerts avec ces services régionaux. Avec cette entente, vous êtes preuve de leadership et avez une longueur sur les autres communautés autochtones», dit le sous-ministre à la Direction générale des affaires policières, de la prévention et des services de sécurité du Québec, Robert Lafrenière.

Le Directeur du Corps de police Abénakis, Éric Cloutier, croit que cette décision servira à offrir un service plus professionnel pour aider la population autochtone. «Nous pourrons préserver la relation de confiance existant entre celle-ci et les policiers. En cas de déploiement rapide, nous serons en mesure de réduire nos délais d’intervention et nous avons maintenant plus de policiers pour couvrir le territoire.»

Le service de police sera basé au poste actuel de la réserve d’Odanak, bâti depuis quatre ans. Il est muni d’une centrale de répartition 911 et permettra aux gens voulant déposer une plainte de le faire en toute confidentialité, comparativement à l’ancien établissement.

La centrale des policiers de Wôlinak, quant à elle, deviendra un lieu secondaire.

Atout pour la Sûreté du Québec

Si l’on rassemble les habitants de Wôlinak et d’Odanak, la population est d’environ 500 habitants et possède son propre service policier. Selon le Directeur du Corps de police Abénakis, un groupe de policiers autochtones est très utile pour servir la communauté, mais aussi pour la Sûreté du Québec. «En tant qu’Abénakis, nous comprenons la culture des gens et savons comment ils peuvent réagir. Pour cette raison, nous sommes en mesure de fournir un meilleur service. D’ailleurs, nous avons toujours une excellente collaboration avec la Sûreté du Québec», indique-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires