La Ville de Bécancour donne le go à son incubateur industriel

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
La Ville de Bécancour donne le go à son incubateur industriel
L'ouverture du futur incubateur est prévue pour la fin de l'année 2019. (Photo : Marie-Eve Veillette)

BÉCANCOUR. C’est un incubateur industriel de 15 000 pieds carrés qui poussera aux abords de l’autoroute 30, dans le parc industriel Jean-Demers, à Bécancour. Le terrain qui l’accueillera est déjà défriché et une pancarte indiquant fièrement son emplacement y a été plantée.

On prévoit l’ouverture d’ici la fin de l’année 2019, en vue d’y accueillir rapidement une première entreprise en incubation. Trois locaux seront disponibles pour héberger les PME à naître.

«La Ville de Bécancour a longtemps été dépendante de la grande industrie avec le parc industriel et portuaire, relève d’entrée de jeu le nouveau commissaire industriel de la Ville de Bécancour, Pierre-Michel Auger, en poste depuis trois mois. Or, le développement économique futur de la Ville passe vraiment du côté des PME.»

Il indique qu’environ 80% de l’économie du Québec est façonnée par les PME. «Oui, la grande entreprise a encore sa place, mais on doit développer en complément. Bécancour doit repenser sa façon de faire, et c’est pour cette raison qu’une de ses priorités était de se doter d’infrastructures d’accueil pour les PME. Ça commence par l’incubateur.»

«Des installations du genre contribuent à développer la fibre entrepreneuriale dans une communauté»

Pierre-Michel Auger

«Par le passé, la Ville a échappé certaines entreprises, qui sont allées s’établir ailleurs parce qu’elle ne possédait pas ce type d’installations. Cette fois-ci, on ne veut pas les perdre», poursuit M. Auger, qui précise que le nouvel incubateur accueillera tout genre d’entreprises: «On ne veut pas se limiter à un secteur d’activités en particulier».

Il ajoute que dans des phases subséquentes, la Ville devrait se doter d’un espace de coworking (2020) et d’un accélérateur d’entreprises. Ils devraient eux aussi être localisés à proximité du parc industriel Jean-Demers ou de l’hôtel de ville, du moins en ce qui concerne l’espace de coworking, laisse entendre le commissaire.

«Ce qu’on veut faire, c’est développer la culture entrepreneuriale – qui demeure très jeune chez nous –, ainsi que la richesse collective. Avec l’incubateur, de nouvelles entreprises verront le jour sur le territoire de la Ville de Bécancour. Elles vont ensuite s’acheter un terrain, construire un nouveau bâtiment, créer des emplois… C’est le but», explique M. Auger.

La période d’incubation des entreprises sera de deux à cinq ans, selon les besoins. La Ville prévoit accueillir un incubé par année pour les trois prochaines années. «On y va de façon très conservatrice dans nos projections, bien qu’on espère que ça puisse aller plus vite.»

Rappelons que l’objectif d’un incubateur d’entreprises est de permettre à des gens en pré-démarrage ou en démarrage d’entreprises d’aller de l’avant avec leur projet en leur proposant des conditions avantageuses. «Souvent, les nouveaux entrepreneurs n’ont pas les reins assez solides pour s’acheter un terrain ou un bâtiment. Avec l’incubateur, on vient leur offrir un loyer à un prix avantageux et des services qui les aideront à prendre leur envol.»

La sélection des incubés se fera selon le principe du «premier arrivé, premier servi», à condition de respecter les critères requis.

 

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Me notifier des
trackback

[…] La Ville de Bécancour donne le go à son incubateur industriel Le Courrier Sud […]

trackback

[…] soutien du gouvernement du Québec pour la construction d’un incubateur industriel évolutif. Le projet, évalué à 3 387 750$, obtient une aide financière de 846 938$ par le biais du Fonds de diversification économique du […]