La victoire de l’inclusion

La victoire de l’inclusion
Il n’y a pas de hasard, rappelant pour les plus anciens la fougue de Mario «le bleuet bionique» Tremblay dans son jeu, Mélodie Philipzik arbore fièrement le même 14! (Photo : Stéphane Lévesque)

HOCKEY. Comme plusieurs dizaines de joueurs en provenance de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Mélodie Philipzik de l’école Chavigny de Trois-Rivières s’est dépassée sans compter lors du plus récent Tournoi de hockey inclusif de l’école la Découverte de Saint-Léonard-d’Aston. Une occasion de compétitionner, d’appendre et de sentir incluse à part entière via cette passion fédératrice qu’est notre sport national.

De l’intensité!

«J’aime jouer. C’est important de travailler en équipe, de faire des passes et de s’amuser», explique Mélodie Philipzik, une jeune fille de 16 ans qui mange du hockey. «Je regarde les Canadiens à la télévision. J’aime Shea Weber et Brendan Gallagher», ajoute-t-elle dans un enthousiasme communicatif.

Une passion qui est soutenue par Gabriel Pleau. «C’est une grosse journée pour Mélodie et ses coéquipiers aujourd’hui. Chaque fois qu’il y a un tournoi, ils m’en parlent dans les jours qui précèdent. Ils sont vraiment enjoués. On se fait des pratiques pour que tout se déroule bien lors des matchs», explique l’entraineur et enseignant d’éducation physique à l’école Chavigny.

En plus de la bonne forme physique, le sentiment d’appartenance est également mis de l’avant dans le hockey inclusif. «On leur a fait faire de beaux uniformes. Comme tous les élèves-athlétes, ils sont des représentants de l’école. Inclus, ils sont comme tous les autres», souligne avec justesse Gabriel Pleau.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des