Emploi: la pandémie désoriente les jeunes de 15 à 35 ans

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
Emploi: la pandémie désoriente les jeunes de 15 à 35 ans

RÉGIONAL. Près de 70% des jeunes âgés entre 15 et 35 ans fréquentant les carrefours jeunesse-emploi (CJE) ont tenté de trouver un emploi durant la dernière année, mais 40% estiment que la pandémie a perturbé leurs recherches, révèle un sondage mené par le Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ).

De fait, 20% des jeunes ont trouvé plus difficile la recherche d’un emploi, 12% ont dû mettre sur pause leur recherche et 7% ont dû cesser leur démarche pour se concentrer sur leur famille. Le sondage, mené en février 2021 auprès de 635 jeunes âgés entre 15 et 35 ans, indique que seulement 13% des répondants estiment qu’il y a eu plus d’opportunités d’emploi en 2020.

Des plans de carrière chamboulés  

L’impact de la pandémie chez les jeunes est non négligeable. Elle a amené près de la moitié (46%) des répondants à revoir leur choix de carrière, 38% à reprendre leurs études et 29% à se réorienter (changement de carrière ou de programme d’étude). Parmi les défis identifiés liés à la recherche d’emploi durant la pandémie, 28% des jeunes mentionnent le peu d’opportunités dans leur domaine, 20% la préparation de matériel de qualité, comme un CV ou une lettre de présentation, et 17% l’entrevue à distance.

«La contribution des jeunes à la relance économique du Québec est essentielle. Ces résultats renforcent l’importance et la pertinence des CJE, qui jouent un rôle clé pour les guider dans leur parcours de vie», indique Alexandre Soulières, directeur général du RCJEQ. «Ce n’est pas étonnant de constater que 49% des jeunes font, entre autres, appel aux CJE pour les soutenir dans leurs démarches d’orientation et 41% dans leur cheminement à l’emploi.» Par ailleurs, l’Institut de la statistique du Québec dévoilait récemment que les jeunes de 15 à 24 ans ont été les plus touchés l’an dernier, avec une perte globale de 69 000 emplois au Québec.

Au-delà de la recherche d’emploi

La moitié des jeunes sondés signalent que l’isolement a été le plus grand défi pour eux durant la pandémie. La même proportion révèle qu’il s’agit plutôt de retrouver leur motivation, alors que 29% mentionnent que c’est d’assurer une certaine sécurité financière.

De tous les services offerts dans les CJE, 95% des jeunes ont bénéficié de l’accompagnement personnalisé des CJE dans une perspective de rétablissement personnel (soutien moral, confiance en soi). Par ailleurs, 52% indiquent avoir profité de la pandémie pour réfléchir davantage à leurs habitudes de vie.

«Ici, dans le comté Nicolet-Bécancour, on retrouve des besoins marqués chez les jeunes liés à la sous-scolarisation, l’isolement, la réorientation professionnelle, la pauvreté numérique, le décrochage scolaire ainsi que la détresse psychologique depuis le début de la pandémie», explique Annie Richard, directrice générale au Carrefour jeunesse-emploi du comté
Nicolet-Bécancour.

Rappelons que le CJE offre un accompagnement dans les démarches d’insertion sociale, une aide dans le cheminement vers l’emploi, vers un retour aux études ou dans le développement de projet pour la communauté.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires