La nature au service de la peau

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
La nature au service de la peau
Clodie Hamel et sa fille Lilie (Photo : (Photo Mozart BOU))

SAINT-CÉLESTIN. S’il n’existait pas déjà, le proverbe « Nul n’est mieux servi que par -soi-même » aurait probablement été inventé par Clodie Hamel il y a dix ans. C’est ce dicton qui l’a incitée, par la force des choses, à créer son entreprise.

Incapable de trouver des produits convenant à la peau délicate de sa fille Lilie, alors bébé, elle s’est attelée à les créer elle-même, ni plus ni moins ! Esthéticienne et naturopathe de métier, elle s’est plongée dans des formations complémentaires qu’elle perfectionne assidûment encore aujourd’hui pour y parvenir…

« Quand ma fille est née, j’ai réalisé rapidement qu’elle avait un problème de peau. Elle faisait beaucoup d’eczéma et réagissait à tout. Un gros pourcentage de son corps était atteint de dermatose. Je ne savais plus quoi faire, jusqu’à ce que je découvre qu’elle était affectée par tout ce qui était agent chimique: agent de conservation, colorant, parfum… », raconte Mme Hamel.

Elle s’est alors mise à explorer des produits plus « naturels ». « Je me suis dit que j’allais essayer autre chose. » Par contre, elle a rapidement déchanté : « Certains savons artisanaux ont apporté une petite amélioration, mais la plupart ne convenaient pas du tout, malheureusement. Je me suis fâchée. Je me suis dit que j’allais lui faire, ses produits ! Que je saurais exactement ce qu’ils contiendraient pour éviter les mauvaises surprises ».

Ainsi est née « Clolie », l’entreprise qui a fait une immense différence dans la vie de sa fille… et de plusieurs autres personnes depuis.

L’orignal qui a tout permis…

Lorsque sa décision de confectionner les produits pour sa fille a été claire dans sa tête, Clodie Hamel savait qu’elle devrait avoir du temps et de l’argent pour suivre les formations en médecine alternative qui l’orienteraient vers les bons choix d’ingrédients. Travaillant déjà énormément, elle a lancé à l’univers « ce bon de commande », ne voyant pas trop comment cela serait possible. « Une semaine plus tard, alors que j’étais sur l’autoroute 30, j’ai frappé un orignal. J’ai été sur l’invalidité pendant quatre ans, avec réadaptation totale… »

« J’étais évidemment fâchée après cet orignal sur le coup. Mais aujourd’hui, je le remercie parce qu’après un certain temps, j’ai pu commencer tranquillement mes études à distance. Je recevais aussi un montant de la -Société d’assurance automobile en raison de mon invalidité. Je me suis dit que c’était le temps de me lancer à fond. »

Elle a donc commencé à suivre plusieurs formations québécoises et européennes en naturopathie, herboristerie, aromathérapie, cosmétologie, dermo-cosmétologie… jusqu’à être certifiée en fabrication de cosmétiques -non-toxiques et enregistrée auprès de Santé Canada.

Des ingrédients sains

Clodie Hamel a développé une expertise variée qui lui permet aujourd’hui d’offrir des produits sains, écologiques et dans lesquels les ingrédients nocifs font place aux produits de la nature. Elle est d’ailleurs très stricte dans le choix de ses ingrédients. « À la base, [les produits] sont pour ma fille, alors je ne fais pas de compromis en matière de qualité. Par exemple, je fais venir mon beurre de karité de la Côte d’Ivoire. C’est le meilleur selon moi. Je demande la matière brute pour la travailler moi-même. Même chose pour la cire d’abeille, que je vais chercher directement dans le champ au besoin ! Je la filtre généralement -moi-même pour m’assurer de préserver toutes ses propriétés. »

En ce qui concerne l’étiquetage, tous les mots latins (requis pour l’enregistrement des produits auprès de -Santé -Canada) sont traduits en français. « Je trouve ça important, la transparence. Ainsi, les gens peuvent voir ce que mes produits contiennent et comprendre la liste des ingrédients ! »

Des cosmétiques… dans le frigo !

Puisque tous les produits de -Clolie sont exempts d’agents de conservation, ils doivent pour la plupart être conservés… dans le réfrigérateur !

« Je compare une crème [cosmétique] à du beurre. C’est une émulsion de gras. Si tu laisses ton beurre un an sur la table, vas-tu vouloir le manger ? En le mettant dans le frigo, tu vas le conserver plus longtemps. C’est la même chose pour ta crème. Et en plus, en l’appliquant froide, elle devient un tonifiant naturel ! », illustre Clodie Hamel.

Elle rappelle que la peau est le plus grand organe du corps. Elle absorbe tout, tant de l’intérieur que de l’extérieur. « Je pense que de plus en plus de gens prennent conscience de ça. On fait attention à ce qu’on mange, alors pourquoi ne pas offrir à sa peau la possibilité de consommer elle aussi de bonnes choses ? »

Des améliorations concluantes

Les problèmes épidermiques de Lilie se sont résorbés avec le temps. Elle est aujourd’hui âgée de 11 ans et contribue à faire grandir la gamme de produits de sa mère par ses besoins qui évoluent… et par son implication au sein de l’entreprise, tient à souligner Clodie Hamel.

Cette dernière ne prétend pas guérir quiconque, loin de là. « Je ne suis pas médecin. Mon but, c’est d’aider », termine celle qui le fait tout en offrant une alternative sans danger pour la peau et l’environnement.

*Cet article a été rédigé dans le cadre de la campagne « Nicolet-Bécancour résolument durable », initiée par la SADC de -Nicolet-Bécancour. L’organisation souhaite mettre en lumière les entreprises du territoire qui portent des initiatives écoresponsables.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires