La haute vitesse en voie de devenir dans Bécancour et Nicolet-Yamaska

Par Boris Chassagne | Initiative de journalisme local
La haute vitesse en voie de devenir dans Bécancour et Nicolet-Yamaska

TECHNOLOGIES. La firme Sogetel est, depuis 2019, mandatée pour  déployer le réseau de fibre optique dans toute la MRC de Nicolet-Yamaska. Mais les municipalités de la MRC sont encore tenues dans le noir quant aux échéanciers mis au calendrier de la firme québécoise.

La MRC a signé l’an dernier une entente avec Sogetel afin d’implanter la fibre optique sur son territoire d’ici 2022. Sogetel s’est alors engagée à investir 5,4 M$ dans ce projet. À cette somme s’ajoutent des aides fédérales et provinciales totalisant 6,8 M$.

«Sogetel nous dit que ça se déroule bien. Ils font 20-25 km de réseau par semaine», indique Michel Côté, directeur général de la MRC de Nicolet-Yamaska. Mais qu’en est-il de l’échéancier? «C’est la question que les maires posent et reposent continuellement», souligne M. Côté. «On le voit avec les enjeux de télétravail, l’école à distance au printemps dernier, l’importance de déployer le réseau est accrue. On souhaite que ce soit le plus rapidement possible.»

Dans la MRC de Nicolet-Yamaska, près de 4 600 foyers doivent être branchés. Richard Biron, vice-président développement d’entreprise chez Sogetel, ne veut pas faire de fausses promesses. «Dans ces projets-là, il n’y a rien de simple. Pour s’installer aux infrastructures qui appartiennent à Hydro-Québec, Bell et certains câblodistributeurs, il faut demander des permis. Depuis quelques semaines, les permis rentrent au rythme souhaité. On est assez confiants dans notre capacité de livrer le projet relativement rapidement».

Mais pour quand? 2022? Sogetel ne veut pas se mouiller. «Je ne suis pas en mesure de donner un échéancier parce qu’on ne le contrôle pas. Le projet avance bien». Pour l’heure, «la carte de couverture ressemble à un véritable gruyère. On a nos propres équipes de construction. Ça peut des fois faire une différence», avance M. Biron.

La MRC de Bécancour passe en grand V

L’histoire est tout autre dans la MRC de Bécancour, qui a lancé le même projet en 2016. La MRC tire de ses coffres près de 16 M$ pour déployer son propre réseau de fibre optique. Cela représente 900 km de réseau à construire et 9000 bâtiments à desservir.

La firme Télécon est chargée de sa construction. Si l’objectif de déploiement est similaire que celui de Nicolet-Yamaska, la MRC adopte cependant un modèle d’affaires bien différent: celui d’un partenariat public-privé (PPP). «C’était le modèle qui permettait d’offrir un service à un coût qui se compare à d’autres régions au Québec», explique Daniel Béliveau, directeur général de la MRC de Bécancour.

Quels avantages pour une MRC d’être propriétaire d’un réseau? «On est toujours à la fine pointe de l’évolution technologique», dit-il.

Selon l’entente signée avec Sogetel, la MRC sera responsable de l’entretien physique du réseau. Et en échange de son utilisation, la firme Sogetel obtient l’exclusivité de son exploitation pour une durée d’un an, une fois le réseau complété. Sogetel versera en retour une redevance à la MRC. Les détails de l’entente demeurent confidentiels.

Un taux de pénétration de 80%

Et les choses se présentent bien, nous dit Daniel Béliveau. L’interrupteur du réseau de fibre optique est allumé dans 11 des 12 municipalités de la MRC depuis 2018 et Sogetel exploite déjà nombre d’adresses. Selon Daniel Béliveau, directeur général de la MRC, «les prix ont déjà fondu. Il y a des gens qui ont économisé entre 500 et 600$ par année.»

Il ne reste que la Ville de Bécancour à terminer dans les prochains mois, ajoute-t-il. «Je ne vous parlerai pas d’échéancier. Quand on se met la main dans la pâte, on réalise l’ampleur des défis qui doivent être relevés sur un territoire donné. On travaille fort, on fait des suivis, on ne peut pas faire plus comme pression et la COVID n’a rien fait pour aider».

Dany Sauvageau, surintendant au service de la Ville de Bécancour, affirme qu’il ne reste que trois secteurs de la ville à construire. Une partie du secteur de Gentilly et de Saint-Grégoire. Suivra celui de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires