La guignolée des médias déploie une collecte d’urgence

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
La guignolée des médias déploie une collecte d’urgence

SOLIDARITÉ. Dans ce contexte où les comptoirs d’aide alimentaire sont plus sollicités que jamais, La guignolée des médias déploie une collecte d’urgence.

Jusqu’au 31 mai, tous les dons en argent (même les plus petits) sont acceptés sur le microsite guignolee.ca créé par l’agence numérique Riposte (reçus fiscaux émis à compter de 20$). On peut aussi texter JEMANGE au 20222 pour un don de 10$.

On sait que dès les premiers jours de la pandémie partout au Québec, des hausses de 30% jusqu’à 300% ont été observées dans les demandes aux comptoirs d’aide alimentaire

«C’est une situation jamais vue, dit Daniel Tremblay, président du conseil d’administration de l’organisme Banques alimentaires du Québec. Dans une crise locale qui affecte la sécurité alimentaire, les autres régions, provinces ou pays peuvent aider. Or, comme la pandémie a ses effets partout, l’entraide entre nous prend donc encore plus de sens.»

La pression subie par ces comptoirs ne diminuera pas avec la fin du confinement. «Elle persistera de 12 à 24 mois après coup. De fait, chaque jour depuis mars, on voit parmi ceux qui nous sollicitent de nouveaux visages, des gens qui n’auraient jamais pensé recourir à ce service dont ils constatent l’importance aujourd’hui.»

Selon Geneviève Mercille, chercheure au Centre de recherche en santé publique et professeure adjointe au département de nutrition de l’Université de Montréal, d’autres hausses majeures pourraient aussi les prochaines semaines.

«Cette situation est attribuable aux centaines de milliers de pertes soudaines d’emploi causant des baisses radicales des revenus, indique Mme Mercille. En parallèle, il ne faut pas oublier l’arrêt forcé des services des groupes d’aide aux repas, soupes populaires, repas communautaires, popotes roulantes et cuisines collectives.»

«Pour plusieurs, le comptoir d’aide alimentaire constitue une ressource ultime, ajoute-t-elle. Donc, actuellement, ils pigent dans leurs économies ou sollicitent la famille afin de se nourrir. Une fois ces options épuisées, ils vont recourir aux comptoirs. Toutefois, les réserves de ces derniers sont déjà nettement insuffisantes.»

La collecte d’urgence

Cette collecte d’urgence mise sur pied par La guignolée des médias vise donc à nourrir des milliers de Québécois.

Les dernières semaines ont clairement montré que personne n’est à l’abri d’une perte immédiate d’emploi ou de revenu. Par conséquent, l’initiative s’inscrit dans un contexte jamais vu de solidarité et dans le respect des moyens financiers de chacun. Les gens épargnés ou moins frappés par la crise sont donc invités à contribuer à ce nécessaire élan collectif d’entraide.

L’opération est soutenue par la campagne publicitaire «Le confinement, ça donne faim», conçue par Tam-Tam\TBWA. Elle comprend notamment des exécutions télé et radio au son de la chanson Moi j’mange d’Angèle Arsenault, chantée par Guylaine Tanguay, en compagnie du comédien Vincent Graton et de Jennifer Seguin à la narration. De récents porte-parole de La guignolée des médias viennent aussi en renfort pour stimuler la générosité. Il s’agit de Mélissa Bédard, Bob le chef, Jean-Philippe Dion, Stéphane Fallu, Danièle Henkel, Bianca Longpré et Patricia Paquin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des