La Collective des femmes de Nicolet et région et le Centre de femmes Parmi Elles rencontrent Donald Martel

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
La Collective des femmes de Nicolet et région et le Centre de femmes Parmi Elles rencontrent Donald Martel
La Collective des femmes de Nicolet et région et le centre de femmes Parmi- Elles demandent aux élu·e·s de considérer les impacts potentiels sur les femmes avant de prendre des décisions politiques. (Photo : courtoisie)

NICOLET. Dans le cadre de la Semaine nationale d’action des centres de femmes qui avait lieu la semaine dernière, La Collective des femmes de Nicolet et région et le Centre de femmes Parmi-Elles ont rencontré le député de Nicolet-Bécancour Donald Martel. L’objectif de la rencontre: sensibiliser l’élu à l’impact particulier pour les femmes des décisions politiques et lui demander de s’engager à consulter les deux centres de femmes de sa région avant de prendre des décisions qui pourraient avoir des conséquences sur la vie des femmes et l’égalité de fait.

Spécialistes des réalités des femmes

« Les Centres de femmes ont une expertise unique en ce qui a trait aux différentes réalités vécues par les femmes à l’échelle de la province, mais aussi dans chaque région», note  Annie Tanguay, intervenante à  La Collective des femmes de Nicolet et région. «Chaque année c’est  plus de 400 femmes qui passent par La Collective des femmes de Nicolet et  le centre de femmes Parmi-Elles.  Ce qui fait de nous des conseillères avisées quand vient le temps de prendre des décisions qui pourraient toucher les femmes.  Cette année, c’est l’impact du travail invisible sur la vie des femmes qui a particulièrement préoccupé les femmes ».

Le travail invisible, conséquence du néolibéralisme

En effet, après compilation de près de 5000 réponses sur son « calculateur de travail invisible », L’R des centres de femmes du Québec estime que les Québécoises effectuent en moyenne 26,5 heures de travail invisible par semaine. « La quantité de travail invisible réalisée par les femmes est directement proportionnelle à l’effritement du filet social, explique Nathalie Bédard, intervenante au centre de femmes Parmi-Elles ». Ce dernier est mis à mal par les politiques néolibérales, notamment les coupures dans la santé et les services sociaux et le sous-financement chronique du secteur communautaire. « Ce sont principalement des travailleuses, dans ces secteurs, qui sont touchées par les coupures et les mauvaises conditions de travail et ce sont principalement des femmes qui pallient le manque de services en réalisant davantage de travail invisible. C’est à ce type d’impact que nous souhaitions sensibiliser notre député Donald Martel».

Engagements clairs

Pour ce faire, un document d’information et des encarts de l’organisme ont été remis au député. À notre demande, Monsieur Martel s’est engagé à contacter  le plus souvent possible La Collective des femmes de Nicolet et région et le centre de femmes Parmi-Elles les prochaines fois qu’une décision politique qui pourrait avoir un impact sur la vie des femmes et l’égalité de fait. Il nous a même dit sur un ton rieur de le ramener à l’ordre si jamais il oubliait. Au terme de cette agréable rencontre, nous avons convenu qu’une collaboration étroite entre nous serait gagnante pour le bien de toutes et de tous.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des