La cathédrale a besoin de TOIT

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
La cathédrale a besoin de TOIT
Daniel McMahon, diacre permanent et président de la campagne de financement (Photo : Stéphanie Paradis)

NICOLET.  Le comité de la campagne La cathédrale a besoin de TOIT, sous la présidence de Daniel McMahon, lance une collecte de fonds importante pour assurer la pérennité de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Nicolet. La réfection du toit, dont la réalisation a été entreprise de toute urgence en 2020 afin de ne pas compromettre la structure du bâtiment et la sécurité des usagers, en est à mi-chemin.

« Rappelons que la cathédrale a été inaugurée en 1963. Cinquante-huit ans, est-ce étonnant que la toiture ait besoin d’être refaite? Je pense que la réponse est évidente », mentionne M. McMahon, diacre.

Ce chantier comprenant trois phases annuelles a un coût total estimé à 4,3 millions de dollars. « Les subventions accordées à ce projet sont importantes, mais elles ne suffiront pas à supporter le coût entier des travaux. Aujourd’hui, nous annonçons une campagne publique visant à recueillir 545 000 $ au sein de la population diocésaine », déclare M. McMahon.

La réfection du toit de la cathédrale a obtenu l’appui du Conseil du patrimoine religieux du Québec (CPRQ) pour la réalisation des deux premières phases, totalisant plus de 2 M$. Un montant supplémentaire de 890 000 $ pour la troisième phase reste à être approuvé. Ces subventions ne peuvent toutefois dépasser 70 % du coût total d’un projet lié à la conservation du patrimoine.

La troisième phase de la réfection du toit de la cathédrale sera entamée au printemps prochain, et ce sont 1 360 000 $ qui sont encore manquants. « On a déjà amassé, en dons reçus et en dons promis, 815 000 $, donc on lance la campagne pour aller chercher 545 000 $ à travers tout le diocèse de Nicolet », précise le diacre.

« La préservation du patrimoine bâti religieux est un enjeu important de la richesse culturelle du Québec », souligne Yves Grondin, membre du conseil d’administration du CPRQ. Le gouvernement du Québec, dit-il, a d’ailleurs accueilli la recommandation du CPRQ de considérer les églises modernes (construites après 1945) classées A dans le programme de restauration.

« Ce patrimoine moderne témoigne de la recherche de nos architectes et du monde religieux pour exprimer les repères religieux contemporains. La cathédrale de Nicolet est un témoin extraordinaire de cette recherche qui fait de l’architecture un art en soi. Le soutien gouvernemental et de la société civile est essentiel à la préservation du patrimoine, car il ne peut relever que de la seule responsabilité des communautés chrétiennes », reconnait-il.

État de la campagne

Afin de combler le manque à gagner, le comité de la campagne La cathédrale a besoin de TOIT a entrepris de solliciter des dons dès 2020. Il a ainsi obtenu divers appuis dans le monde des affaires, parmi les communautés religieuses de la région et à la Ville de Nicolet qui reconnait ainsi la valeur distinctive de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste dans le paysage de cette municipalité.

D’ici quelques semaines, une lettre de sollicitation sera envoyée à toute la population de Nicolet, cosignée par le président de la campagne, Daniel McMahon, et par l’évêque de Nicolet, Mgr André Gazaille. Pour l’ensemble de la population diocésaine, il est possible de communiquer avec la directrice financière du diocèse de Nicolet, Francine Masse, par courriel à econome@diocesenicolet.qc.ca, ou par téléphone au 819-293-4696, poste 237. Il est également possible d’envoyer un chèque à l’ordre de CECR de Nicolet, par envoi postal, au 49, rue de Mgr-Brunault, Nicolet (Québec), J3T 1X7. Un reçu de charité à des fins fiscales pourra être remis.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires