Une journée pour se souvenir de ceux et celles qui nous protègent à Nicolet

Une journée pour se souvenir de ceux et celles qui nous protègent à Nicolet

Journée de reconnaissance policière 2018. (Photo Sébastien Lacroix)

POLICE. C’était la Journée de reconnaissance policière, ce lundi, à l’École nationale de police du Québec, à Nicolet. Une journée pour honorés des personnes pour leurs actes héroïques ou encore pour se souvenir de ceux et celles qui ont donné de leur vie pour nous protéger.

En début d’après-midi, le ministre Martin Coiteux a remis des décorations et des citations aux lauréats de 2017 et de 2018. C’est qu’en raison des crues printanières exceptionnelles de l’an dernier, toutes les activités entourant avaient été annulées.

Lors de cette onzième Journée de reconnaissance policière, un total de soixante‐six personnes ont ainsi honoré en raison des actes héroïques qu’elles ont accomplis afin de protéger la collectivité, dont 57 policiers et 9 citoyens.

Les policiers honorés proviennent des services de police de Longueuil, Mascouche, Montréal, MRC des Collines‐de‐l’Outaouais, Québec, Saint‐Jérôme, Sherbrooke, Terrebonne, Uashat Mak Mani‐Utenam ainsi que de la Sûreté du Québec. Les citoyens honorés sont de Gatineau, Longueuil et Montréal.

En fin d’après-midi, une cérémonie toujours empreinte d’émotions a été tenue sur le site commémoratif aménagé il y a de cela douze ans sur le campus de l’ENPQ en bordure du boulevard Louis-Fréchette.

En présence de collègues et de proches de policiers et policières morts en service, on a procédé à l’appel nominal des 187 policiers inscrits au tableau commémoratif.

De nombreux policiers, agents de la paix et constables spéciaux du Québec ont ensuite pris part au défilé qui partait de la rue Mgr-Bruneault jusqu’au site commémoratif de l’École nationale de police du Québec. Un événement qui a attiré de nombreux curieux qui s’étaient massés le long du boulevard Louis-Fréchette.

Les nouvelles motos protocolaires de la Sûreté du Québec sortaient d’ailleurs pour la première fois lors de l’événement. Elles pourront prochainement être vues escortant des dignitaires lors du Sommet du G7, qui se déroulera en juin.

Lors de la cérémonie, un hommage a été rendu à l’agent Jacques Ostigny, de la Sûreté du Québec, décédé lors d’une intervention policière le 21 septembre 2016, ainsi qu’au gendarme Richer Dubuc, de la Gendarmerie royale du Canada, décédé lors d’une intervention policière le 6 mars 2017.

Un cénotaphe a été aménagé pour les policiers autochtones. (Photo Sébastien Lacroix)

Un cénotaphe autochtone, sur lequel les onze nations québécoises sont représentées a aussi été inauguré lors de la cérémonie commémorative des policiers morts en service. Il rappellera la mémoire des policiers membres des corps de police autochtones qui sont morts en service.

Déjà, le nom de deux policiers y sont inscrits, dont celui de Thierry Leroux décédé à Lac-Simon, le 13 février 2016. Les onze nations autochtones québécoises y sont représentées.

Chacun des cénotaphes était aussi gardé par des policiers ou des gendarmes. Quelques centaines de personnes ont participé à la cérémonie.

Poster un Commentaire

avatar