Internet haute vitesse: tous les foyers centricois branchés d’ici septembre 2022

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Internet haute vitesse: tous les foyers centricois branchés d’ici septembre 2022
(Photo : archives)

RÉGIONAL. Les maires de Nicolet-Yamaska se demandaient l’automne dernier quand serait finalisé le déploiement de la fibre optique sur leur territoire. On connaît maintenant la réponse: d’ici septembre 2022.

L’échéancier est le même pour toutes les autres MRC du Centre-du-Québec: «On va brancher tout ce qui reste à brancher au Centre-du-Québec d’ici septembre 2022», a déclaré le ministre responsable de la région, André Lamontagne, en conférence de presse virtuelle, vendredi matin. «En 2017, on avait annoncé notre plan de brancher tout le Québec (…). On est en train de le faire.»

Dans Nicolet-Yamaska, le travail est enclenché depuis 2019. Sogetel avait alors obtenu une subvention de près de 3,4 M$ pour procéder au déploiement. L’entreprise de Nicolet voit maintenant son mandat être élargi à deux autres MRC, soit celles d’Arhabaska et de l’Érable, et devra veiller à ce que tous les foyers des trois régions, sans exception, aient accès à l’Internet haute vitesse. Pour cela, une subvention de 24,2 millions de dollars vient de lui être octroyée dans le cadre de l’«Opération haute vitesse Canada-Québec». Elle investira par ailleurs 8,8 M$ de ses poches dans le projet.

La plus grosse part de la subvention (13,3 M$) servira à construire 720 km de fibre optique dans la MRC d’Arthabaska. Une somme de 10,1 M$ permettra la construction d’environ 590 km de fibre optique dans la MRC de l’Érable. Enfin, 850 000$ s’ajouteront aux sommes déjà reçues dans le cadre du projet en cours dans la MRC de Nicolet-Yamaska pour la construction d’environ 90 km de fibre optique.

Richard Biron, vice-président développement de Sogetel, souligne que des «dizaines d’emplois» seront créés: «On était 250 employés il y a un peu plus d’un an, et on est en voie d’être plus de 300», dit-il. Les équipes de construction seront bonifiées par l’ajout, notamment, de monteurs de ligne et de fusionneurs (les employés qui connectent la fibre optique), mais «le gros des emplois va venir dans une deuxième phase», précise M. Biron, qui parle de préposés au service à la clientèle et d’installateurs, «vu le volume d’adresses supplémentaires» à desservir. «Beaucoup d’emplois seront créés à Nicolet, mais aussi à Warwick.»

Une carte publique

Gilles Bélanger, l’adjoint parlementaire du premier ministre du Québec (volet Internet haute vitesse), a par ailleurs indiqué qu’une carte présentant la cédule de déploiement de tous les fournisseurs impliqués dans le projet «Opération grande vitesse Canada-Québec» serait rendue publique d’ici la fin de 2021. «Lorsque les citoyens consulteront cette carte publique, ils vont cliquer sur leur adresse et ça leur dira qui va les brancher, et quand. On veut s’assurer de n’oublier personne (y compris les bâtiments agricoles).»

«Les compagnies devront trouver les endroits non desservis, ajoute Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour. Pour ça, elles auront à discuter avec les MRC, qui ont de bons services de géomatique. La FQM peut aussi venir en renfort pour les aider.»

Au Centre-du-Québec, il reste environ 7000 ménages à brancher. «Avoir des infrastructures numériques de qualité, c’est aussi important que d’avoir des routes de qualité quand on sort de chez soi. Il en va de la qualité de vie de nos citoyens et de la compétitivité de nos entreprises», commente pour sa part Joël Lightbound, secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile et député fédéral de Louis-Hébert. «Les gouvernements qui se sont succédé ont toujours souhaité avoir une connectivité sur l’ensemble du territoire et là, ça se fait enfin grâce à une approche plus pragmatique et à une collaboration phénoménale entre nos deux paliers de gouvernement.»

La fibre optique est «devenue une nécessité», a finalement rappelé Donald Martel, qui a d’ailleurs tenu à lever publiquement son chapeau à la MRC de Bécancour, «des pionniers là-dedans», selon lui. «Ils en ont fait un projet collectif et, avec le support de l’état, ils ont réussi à s’organiser».

Rappelons que la MRC de Bécancour a commencé à déployer son propre réseau de fibre optique en 2016. Il est pratiquement terminé. On parle d’un réseau de 900 km qui dessert 9000 bâtiments. La construction, confiée à Télécon, a coûté près de 16 M$.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires