Il est minuit moins une pour l’Hôtel Traversy

Il est minuit moins une pour l’Hôtel Traversy

L'Hôtel Traversy, à Pierreville.

Crédit photo : Sébastien Lacroix

PIERREVILLE. Après avoir demandé à quelques reprises à la Régie du bâtiment d’intervenir pour «sécuriser» l’Hôtel Traversy, le conseil municipal envisage de prendre les grands moyens.

Considéré comme étant un bâtiment dangereux depuis 2015, à la suite d’une visite de la Régie d’incendie Pierreville/Saint-François-du-Lac, la Municipalité a reçu des plaintes relativement à cet immeuble.

Elle a mandaté la firme Inspec de Francheville, afin de procéder à une inspection complète de l’immeuble. Celle-ci a révélé que l’édifice est dans un «état de délabrement important». Des nuisances ont également été constatées à l’intérieur et à l’extérieur de l’immeuble

L’inspection a aussi permis de constater des désordres majeurs qui peuvent mettre en danger la santé et la sécurité des personnes. En plus de la sécurité des personnes qui fréquentent l’établissement, le conseil veut protéger le village en entier. D’autant plus que le bâtiment est situé en plein cœur du village et à proximité d’une station-service. Ce qui fait craindre le pire en cas d’incendie.

Une mise en demeure a donc été envoyée au propriétaire par les procureurs Therrien et Couture mandatés par la Municipalité. Celle-ci lui donnait un délai de trente jours pour faire disparaître les nuisances se trouvant sur sa propriété.

La mise en demeure lui ordonne également de démolir l’immeuble ou, s’il le préfère, de le réparer en déposant un plan réalisé par un architecte. Les travaux requis devraient être effectués par un entrepreneur général licencié, et ce, dans un délai de 60 jours.

Celle-ci fait suite à une résolution prise par le conseil lors d’une séance extraordinaire tenue le 2 octobre dernier. Au moment d’aller sous presse, il n’y avait toujours pas eu de développement dans le dossier. Le maire Éric Deschenaux prévoyait consulter ses avocats pour voir la suite à donner.

Puisqu’à défaut du propriétaire d’obtempérer à la mise en demeure dans le délai de trente jours, le conseil municipal entendait entreprendre des procédures judiciaires pour obtenir une ordonnance de la Cour supérieure. Celle-ci visait à faire disparaître les nuisances et procéder à la démolition de l’immeuble, et ce, aux frais du propriétaire.

«Depuis plusieurs années, le conseil municipal a tendu les mains pour aider le propriétaire, a fait valoir le maire de Pierreville. Dans tout cela, il y a la sécurité des gens fréquentant l’établissement, mais aussi la sécurité de village entier».

Poster un Commentaire

avatar