Hausse de 1,5% des taxes municipales à Bécancour

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Hausse de 1,5% des taxes municipales à Bécancour
(Photo : Marie-Eve Alarie)

BÉCANCOUR. Le conseil municipal de Bécancour a adopté, lundi soir, un budget de 30 millions $ et une hausse des taxes municipales de l’ordre de 1,5% pour 2020.

Pour une maison moyenne de 177 407$, cela représente une augmentation de 31$ sur le compte de taxes.

«C’est un budget d’aboutissement de beaucoup de projets. C’est aussi un budget responsable qui a été relativement plus facile à faire que l’année dernière, alors qu’on vivait avec un lock-out, aujourd’hui réglé. La compagnie a respecté tous ses engagements envers la Ville malgré tout. Ça nous a aidés à équilibrer le budget plus facilement. Les bas taux d’intérêt ont aussi eu un effet en ce sens», affirme le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois.

Une petite modification a aussi été apportée à la taxe en lien avec la fourniture d’eau potable aux bâtiments disposant d’un compteur d’eau dans le but d’être équitable, le montant passant de 0,45$ par mètre cube à 0,60$ par mètre cube.

«Ceux qui ont un compteur d’eau se retrouvaient avantagés par les tarifs. Pour une question d’équité avec tous les citoyens, on ajuste le tir», précise M. Dubois.

L’augmentation du coût des contrats de déneigement (63 000$), la nouvelle station d’épuration d’eau (142 000$), la hausse de salaire du personnel en conformité avec la convention collective, et l’embauche de 21 nouveaux pompiers tout récemment ont contribué à faire grimper les charges de fonctionnement pour la prochaine année. Les dispositions de la taxe sur l’essence ont aussi causé quelques maux de tête durant l’élaboration du budget puisque pour y avoir accès, certaines dépenses précises doivent être effectuées.

C’est également la première fois de l’histoire de la municipalité que le budget franchit la barre des 30 millions $.

Par ailleurs, les efforts en lien au remboursement de la dette se poursuivent aussi, si bien qu’au terme du mandat du présent conseil municipal, la dette de Bécancour serait égale ou plus basse à celle d’il y a huit ans.

Zone innovante et rehaussement de rues inondées

Le plan triennal d’investissement (PTI) 2020-2021-2022 demeure tout de même vigoureux avec des investissements de 9,3 millions $ planifiés.

En 2020, l’un des principaux investissements est l’aménagement du parc industriel Jean-Demers, où l’on retrouvera l’incubateur industriel. Les rues y seront notamment réalisées. Une enveloppe de 2,3 millions $ est réservée à cette phase.

La Ville de Bécancour procèdera aussi aux premières étapes devant mener au rehaussement des rues Trahan-Sicard, Savoie, Lapierre et Lemire, qui se sont retrouvées inondées entre 2017 et 2019 lors de la crue des eaux.

«Il y avait des problèmes d’accessibilités aux maisons. On a prévu 280 000$ en 2020 pour ces quatre rues en particulier. C’est un peu expérimental et plus compliqué que ça en a l’air comme projet, soutient le maire Dubois. Ça implique, entre autres, d’élargie les rues pour éviter des problèmes d’érosion. On doit s’entendre avec les propriétaires riverains pour que l’on puisse élargir la rue. Il y a aussi des travaux de nivellement et d’ingénierie à réaliser pour s’assurer que ça respecte les normes et la crue des eaux. Le ministère de l’Environnement est aussi concerné par le projet. Je ne sais pas ce qu’on sera en mesure de concrétiser cette année, mais on entame le processus.»

Les cyclistes seront, quant à eux, heureux d’apprendre que le Plateau Laval et le secteur Sainte-Angèle seront reliés par la piste cyclable. L’extension de la piste cyclable jusqu’au Plateau Laval impliquera un investissement de 500 000$ en 2020.

«Le Plateau Laval augmente d’entre 30 et 50 nouvelles résidences chaque année. Le projet de piste cyclable a changé au fil des années pour finalement longer la route 132 sur une certaine distance avant de monter. Ça a pris plus de temps que prévu, mais ça se fera en 2020», assure le maire qui estime que le nouveau tronçon d’environ trois kilomètres devrait être prêt à l’automne.

Une somme de 92 400$ sera également consacrée au projet Vision, qui a pour objectif de doter la ville d’une nouvelle image de marque.

«Sur les 9,3 millions $ inscrits au PTI, seulement 3,5 millions $ représentent des investissements de la Ville. Le reste est divisé entre des subventions, les surplus non affectés et le fonds de roulement», note Jean-Guy Dubois.

L’année 2020 sera aussi marquée par la construction de 135 résidences, la concrétisation de certains projets industriels et la consolidation d’investissements récents, tels que GreenTone et le Complexe équestre. Par ailleurs, le projet de zone innovante devrait connaître ses premières étapes en 2020.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des