Guignolée des médias: des besoins en hausse

Guignolée des médias: des besoins en hausse

Stéphan Frappier, éditeur adjoint et directeur général du Nouvelliste, Amélie St-Pierre, directrice générale des Hebdos de la Mauricie, ainsi que Julie Michaud et Jean Gagnon, représentants aux ventes au Nouvelliste.

Crédit photo : (Photo Marie-Eve Alarie)

COMMUNAUTÉ. La Grande guignolée des médias se déroule aujourd’hui. Cette vaste collecte de fonds est toujours nécessaire, considérant que les besoins ne diminuent pas en Mauricie et au Centre-du-Québec.

«Je pense que la Guignolée est de plus en plus pertinente. J’entendais à la télévision que les banques alimentaires font face à des hausses 10 à 15% de demandes chaque mois. Le temps de Noël est un moment propice pour donner et se réunir», souligne Stéphan Frappier, éditeur adjoint et directeur général du journal Le Nouvelliste.

«On voit des gens qui ont eu besoin, par le passé, de paniers de Noël et qui, aujourd’hui, se montrent très généreux.  Personne n’est à l’abri d’un épisode de pauvreté, ajoute Amélie St-Pierre, directrice générale des Hebdos de la Mauricie. On essaie de trouver de nouvelles méthodes pour encourager les dons, d’où l’arrivée du don par texto cette année.»

Cette année, l’objectif est de confectionner 5200 paniers de Noël pour les personnes plus démunies à travers la région, et ainsi venir en aide à près de 20 000 personnes.

Au total, dix organismes et près de 500 bénévoles sont présents, jusqu’à 18h, dans plus de 70 points de collectes situés un peu partout, de Louiseville à Shawinigan en passant par Nicolet, Trois-Rivières, Bécancour Saint-Luc-de-Vincennes et Saint-Maurice.

Pour faire un don de 5$ par texto: taper  NOEL MCQ au 20222

Il sera possible de continuer à donner à la Grande guignolée des médias jusqu’au 24 décembre.

L’an dernier, 175 880$ et 13,3 tonnes de denrées ont été récoltés dans la région.