Grève potentielle de dix jours chez les CPE affiliés à la CSN 

Rédaction Le Courrier Sud

Grève potentielle de dix jours chez les CPE affiliés à la CSN 
Garderie. (Photo : (Photo Depositphotos))

RÉGIONAL. À la suite de l’assemblée générale tenue le 11 septembre dernier, les membres du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE du Coeur du Québec (CSN) ont voté dans une proportion écrasante en faveur d’un mandat de grève de dix jours à utiliser au moment jugé opportun, vraisemblablement au cours des prochaines semaines.

Sans contrat de travail depuis maintenant 18 mois, les 730 travailleuses des CPE de la région lancent un avertissement clair au gouvernement : les dernières offres à incidence monétaire sont nettement insuffisantes.

«Pour freiner l’hémorragie et sauver le réseau, le gouvernement devra grandement bonifier ses offres», fait savoir la FSSS-CSN, qui mène actuellement une tournée d’assemblées pour consulter ses 11 000 membres et obtenir un mandat de dix jours de grève dans toutes les régions du Québec.

 » Nous avons été extrêmement déçues des offres du gouvernement. Le gouvernement propose une augmentation allant jusqu’à 12 % pour les éducatrices qualifiées uniquement, alors qu’elle fond considérablement pour les autres titres d’emploi, tout aussi indispensables pour les enfants et leurs parents. Au terme de la convention, la technique d’éducation à l’enfance demeurera la moins payante de toutes les techniques équivalentes « , précise Suzy Gaillardetz, présidente du syndicat, affilié à la CSN.

 » Avec ce qui est sur la table, les travailleuses de la région membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), qui éduquent et accompagnent nos tout-petits jour après jour, seront encore plus motivées d’exercer dès l’automne leur mandat de grève « , mentionne pour sa part Pascal Bastarache, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

 » Les travailleuses et travailleurs des CPE de la région pourront compter sur l’appui du Conseil central et de l’ensemble de la machine CSN afin que leurs conditions reflètent réellement leurs compétences et le caractère essentiel de ce type d’emploi pour le Québec « , note Paul Lavergne, président du Conseil central du Coeur du Québec-CSN.

Les principales revendications

Les travailleuses revendiquent notamment une augmentation salariale équitable pour tous les titres d’emploi. Une technicienne en service de garde scolaire, par exemple, gagnait 29,05 $ l’heure au maximum de l’échelle (avant la négociation du secteur public) contre 25,15 $ pour une éducatrice en CPE alors qu’elles ont la même formation collégiale.

Elles demandent également des moyens pour donner de meilleurs services aux enfants, dont ceux à besoins particuliers, ainsi que le respect en tout temps des ratios pour la sécurité des tout-petits. Elles réclament aussi du temps pour la planification du dossier de l’enfant et pour la gestion de la cuisine. (MEV)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires