Grand succès du 5e Concours de menteries de Patrimoine Bécancour

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
Grand succès du 5e Concours de menteries de Patrimoine Bécancour
Jean-Paul Pépin, porte-parole du Concours de menteries. (Photo : Marie-Eve Veillette)

BÉCANCOUR. De nouveau, le 5e concours de menteries de Patrimoine Bécancour qui s’est tenu le 14 avril dernier à l’église de Précieux-Sang a connu un énorme succès. Près de 300 personnes ont pu apprécier la qualité de prestation des huit menteurs inscrits et la grande difficulté qu’ont eue les trois juges à choisir les plus menteurs des menteurs!

Finalement, c’est Guillaume Langlois qui a été sacré «Meilleur menteur». Comme deuxièmes meilleurs, ex aequo, on retrouve Yoland Guimond et Jean-Paul Pépin.

Patrimoine Bécancour les félicite ainsi que les cinq autres concurrents qui ont osé, eux aussi, mentir en public.

Le concours a bien atteint son double but de valoriser les raconteurs et conteurs de Bécancour tout en ramassant des fonds pour les activités de Patrimoine Bécancour (conférences, cours et carrefour d’entraide en généalogie, centre d’archives ainsi que l’entretien et la réparation du presbytère de Sainte-Angèle).

Tous les acteurs du concours, les bénévoles, les commanditaires et le public présent ont contribué à ce succès et Patrimoine Bécancour les remercie.

La suite…

Dans son communiqué de bilan, Patrimoine Bécancour ajoute avoir reçu une mauvaise nouvelle de la Fabrique de Précieux-Sang. Menterie ou pas? Voici ce qu’il est écrit; à vous de juger…

«Monsieur le curé Garceau nous informe que les hautes (très hautes) autorités ecclésiastiques seraient de plus en plus mal à l’aise avec le fait que le mensonge soit en quelque sorte célébré dans une église catholique. Monsieur le curé nous demande donc, à son grand regret, de chercher un autre endroit pour le 6e concours de menteries.

Évidemment, le conseil d’administration de Patrimoine Bécancour s’est réuni d’urgence et a mandaté le responsable du concours Jean-Paul Pépin pour essayer de convaincre les autorités religieuses que le concours est une activité ludique n’ayant aucun effet sur la morale des gens de Bécancour. Monsieur Pépin se dit déterminé à plaider notre cause jusqu’à Castel Gandolfo s’il le faut.»

Dossier à suivre…

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des