Dragage du canal d’accès: Bécancour souhaite réactiver le dossier de la marina

Photo de Sébastien Lacroix
Par Sébastien Lacroix
Dragage du canal d’accès: Bécancour souhaite réactiver le dossier de la marina
Un dragage du canal daccès à la descente de bateaux est nécessaire au quai de Sainte-Angèle-de-Laval.

BÉCANCOUR. Le conseil municipal de Bécancour demande au député de Nicolet-Bécancour d’activer le dossier du dragage du canal d’accès à la marina du secteur Sainte-Angèle-de-Laval pour aller chercher un soutien gouvernemental.

C’est que compte tenu de l’ampleur des coûts qui seront nécessaires à l’opération, le support de l’état est fondamental pour effectuer les travaux. C’est pourquoi le conseil demande l’aide de Donald Martel, qui est aussi adjoint parlementaire du premier ministre pour le volet Projet Saint-Laurent.

C’est que depuis plusieurs années, le canal d’entrée à la marina est victime d’ensablement, si bien qu’un dragage est devenu nécessaire. Le tout pourrait se traduire par la suite par un agrandissement de la marina qui est actuellement limitée en nombre de places à quai.

Le conseil fait valoir qu’une entente est intervenue avec l’Administration portuaire de Trois-Rivières quant à l’utilisation de la descente et des terrains. D’autant plus que le ministère des Transports avait inclus le quai de Sainte-Angèle pour ramener un traversier dans son plan d’urgence en cas de fermeture prolongée du pont Laviolette.

Bécancour fait également valoir que l’achalandage est en nette progression au quai et que des investissements majeurs y ont été réalisés. Qu’on pense à la microbrasserie Ô Quai des Brasseurs, mais les aménagements apportés au cours des quatre dernières années dont un chapiteau permanent, une tour d’observation et différentes infrastructures récréotouristiques.

Rappelons que dès l’ouverture de la microbrasserie, les propriétaires avaient annoncé leur intention de faire passer la capacité de la marina de 30 à 99 bateaux. Des démarches avaient été entreprises à l’été et à l’automne 2016, mais n’ont toujours pas abouties.

Dans sa résolution, la Municipalité fait d’ailleurs valoir qu’une entente pour le dépôt des terres enlevées, intervenue avec le ministère de l’Environnement, est encore valide pour les deux prochaines années.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des