La direction démontre une ouverture

La direction démontre une ouverture

Les syndiqués d'ABI sont en lock-out depuis le 11 janvier.

Crédit photo : Sébastien Lacroix

CONFLIT. À la suite de sa rencontre avec la ministre du Travail, Dominique Vien, la direction de l’Aluminerie de Bécancour a émis un communiqué dans lequel elle démontre une certaine ouverture.  

«La direction est ouverte à recevoir les idées du syndicat sur la façon d’améliorer fondamentalement la manière de travailler ensemble. ABI doit augmenter sa productivité afin d’être plus compétitive et réussir à long terme», indique la porte-parole Sara Dubé.

«Durant les négociations, la condition de l’usine s’est considérablement détériorée, ajoute-t-elle. La direction d’ABI a pris les mesures nécessaires pour protéger ses gens et ses actifs après que le syndicat ait rejeté son offre.»

La direction d’ABI estime avoir négocié de bonne foi et déployé tous les efforts possibles pour obtenir une entente satisfaisante pour l’entreprise et ses employés syndiqués. L’offre était très compétitive, parmi les meilleures du secteur manufacturier au Québec, rappelle-t-on.

ABI affirme également qu’elle apprécie l’aide que le gouvernement a offerte dans le cadre de ce processus, y compris la rencontre de vendredi pour discuter de l’état de la situation. Une rencontre à laquelle a participé le propriétaire majoritaire de l’Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) la ministre du Travail, Dominique Vien, ainsi que le député de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard.

Du côté du Syndicat des Métallos, on se disait déjà prêt à retourner à la table de négociation. Reste à voir si le conciliateur convoquera à nouveau les deux parties pour une reprise des pourparlers.

Poster un Commentaire

avatar