Des cloches d’école éducatives

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Des cloches d’école éducatives

NICOLET-BÉCANCOUR. Des extraits de musique classique sont servis en guise de cloche de récréation dans trois écoles du Centre de services scolaire de la Riveraine cette année. Chaque mois d’ici mai, un instrument et un compositeur sont en vedette au lieu du traditionnel carillon.

Les écoles proposant ce concept original à leurs élèves sont Marquis (Saint-Célestin), Harfang-des-Neiges (Gentilly) et Despins (Bécancour, secteur Sainte-Gertrude).

Les professeurs de musique de ces écoles (Éva Catherine Charland, Daniel Quirion et Marie Line Guimond) profitent de cette courte initiation à la musique classique sur la cour d’école pour approfondir quelques notions en classe, tant sur l’œuvre et l’instrument en vedette que sur le compositeur.

« On fait jouer en classe l’air au complet au début du mois et on réalise diverses activités en lien avec la thématique mensuelle. Par exemple, en novembre, on explore les nuances et les différentes formations: le solo, le duo, le trio et l’orchestre », explique Éva Catherine Charland, enseignante à Saint-Célestin.

Cloches de récré

Le concept a été créé à Québec par Les P’tits Mélomanes du Dimanche, un groupe qui s’est donné comme mission d’initier les jeunes au récital de musique classique en s’appuyant sur des disciplines telles que le théâtre, la danse, l’art de la marionnette, le dessin et le cirque. Or, la pandémie a forcé le groupe à se réinventer, et c’est ainsi qu’est né son projet « Cloches de récré« , en collaboration avec l’Orchestre symphonique de Québec.

« L’année passée, c’était un projet pilote dans trois écoles de la région de Québec. Cette année, le projet était disponible pour toutes les écoles du primaire et du secondaire », mentionne Éva Catherine Charland, qui a entendu parler des Cloches de récré par le biais d’une collègue dont la sœur, Mélanie Forget, est bassoniste pour l’Orchestre symphonique de Québec. « J’ai tout de suite adoré le projet et j’en ai parlé aux autres enseignants en musique. »

Un plus

Il n’en fallait pas plus pour que ça fasse boule de neige sur le territoire. Les élèves, quant à eux, semblent trouver l’idée très originale, partage Mme Charland. Elle raconte d’ailleurs que la première fois que le carillon a fait place à l’extrait musical, les élèves de l’école Marquis cherchaient des yeux le musicien dans la cour d’école! « On avait oublié de les avertir que le son de la cloche allait changer! »

Les neuf carillons créés par Les P’tits Mélomanes du Dimanche introduisent les pièces et les instruments suivants: la mélodie du Carillon de Bizet (hautbois), la mélodie du Roi de la montagne de Grieg (basson), la 40e symphonie de Mozart (violon), la Valse des fleurs de Tchaikovski (cor), la Danse villageoise de Claude Champagne (violoncelle), la mélodie de l’Habanera de Bizet (trompette), le 4ième mouvement de la Symphonie no.1 de Beethoven (flûte), le Barbier de Séville de Rossini (clarinette) et le Galop infernal d’Offenbach (trombone).

« J’aime le choix des pièces. Elles vibrent d’émotions », confie Mme Charland, heureuse de pouvoir amener aux oreilles des enfants ce type de musique (moins en vogue qu’à une certaine époque!) et de leur faire découvrir tout le travail que ça prend pour composer une œuvre comme celles des grands compositeurs classiques. « C’est un plus à leur culture générale. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires