Nom d’un chien: un livre qui a de la gueule

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
<i>Nom d’un chien</i>: un livre qui a de la gueule
Le lancement du livre a lieu ce week-end au Musée des cultures du monde de Nicolet. (Photo : (Photo courtoisie))

NICOLET. La Nicolétaine Christiane Asselin a profité de la pandémie pour se mettre à l’écriture d’un livre original. Dans ce livre, elle donne la parole à son chien Mistral.

Ce dernier raconte son histoire : « Naissance, adoption, castration… tout y passe! », rapporte Francis Pelletier, son collaborateur et éditeur. « Il porte un regard sur les humains qui l’entourent. C’est drôle, touchant, intelligent. C’est Christiane! »

M. Pelletier a été charmé par le projet de son amie, auquel il a greffé son art. « Chez Les Pelleteurs de Nuages, maintenant, on ne publie que des choses qui ont un lien avec mon travail. Comme j’adore la photographie, j’ai décidé de photographier les amis présumés de Mistral pour les intégrer à la mise en page. J’ai fait des centaines de photos de chiens au cours des derniers mois. J’en ai choisi une quarantaine sous lesquelles j’ai écrit de petites légendes. Chacun des 24 chapitres s’ouvre avec une photographie », raconte celui qui a également choisi le titre du livre: Nom d’un chien.

Lancement

Le lancement officiel aura lieu en fin de semaine (5 et 6 novembre) au Musée des cultures du monde de Nicolet. L’autrice et son complice seront sur place de 13h à 17h pour présenter le fruit de leur travail.

« Les gens pourront acheter le livre et des photographies de leur choix », mentionne M. Pelletier. D’ailleurs, les photographies de ce dernier feront l’objet d’une exposition qui pourra voyager avec le livre. « Par exemple, à la fin de novembre, nous serons au Centre des arts populaires pour le salon de Noël. On espère aussi pouvoir présenter notre projet à l’extérieur de la région, et même chez des vétérinaires ou des animaleries », poursuit M. Pelletier.

Dans le communiqué de presse annonçant le lancement, Nom d’un chien est décrit comme « un livre d’art dans lequel on retrouve le journal intime d’un chien bavard, ainsi qu’une trentaine de portraits de ses amis présumés : des chiens, un chat et même… un écureuil. » Par le biais de ses confidences, Mistral démontre que « l’homme est incontestablement le meilleur ami du chien. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires