Résultats des élections fédérales 2019

Suivez les résultats des élections fédérales 2019 dans votre circonscription en consultant notre page d'accueil.

Voir les résultats

Coopérative de solidarité et de santé Shooner-Jauvin: «On met le chapelet sur la corde à linge»

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Coopérative de solidarité et de santé Shooner-Jauvin: «On met le chapelet sur la corde à linge»
Liette Benoit, présidente de la Coopérative de solidarité et de santé Shooner-Jauvin dans les locaux rénovés. (Photo : (Photo Marie-Eve Veillette))

PIERREVILLE. D’ici la fin du mois, la Coopérative de solidarité et de santé Shooner-Jauvin saura si un nouveau médecin joindra ses rangs ou pas.

«On met le chapelet sur la corde à linge, indique la présidente de la Coop, Liette Benoit. C’est en octobre que les jeunes médecins disent aux CIUSSS où ils veulent aller travailler. Ils leur donnent deux choix.»

Au cours des derniers mois, la Coop a pris part à trois salons de recrutement, à Montréal, Saint-Hyacinthe et Québec, au cours desquels elle a tenté de faire valoir ses atouts auprès de médecins résidents.

«À Québec, on a surtout rencontré des R1, qui finissent en 2021. On va les rappeler et probablement les revoir lors de prochains salons. À Saint-Hyacinthe, on a rencontré des R2.  Il y en a une qui est venue nous visiter cet été. On lui a fait faire un tour de bateau et le tour de la région pour lui montrer la qualité de vie qu’on a ici.»

Lors des salons, Mme Benoit représente la Coop en compagnie du directeur général, Sylvain Houle. «On a un kiosque. On montre aux jeunes médecins des photos de nos récentes rénovations, on leur parle du territoire, de l’environnement dans lequel on vit, et on leur explique comment ça se passe chez nous. On essaie de les charmer le plus possible. Vous savez, le recrutement, c’est rendu une <@Ri>business<@$p>. Certains offrent plus de choses, plus d’argent, mais nous, on ne peut pas se le permettre. On se dit qu’on n’a pas peut-être pas d’argent à leur donner, mais on peut leur donner autre chose!»

Pour le moment, la Coop fonctionne avec «un médecin et quart». «On en a un qui travaille à temps plein et un autre qui vient deux après-midis par semaine. Il a eu un cancer et doit limiter sa charge de travail», fait savoir Mme Benoit.

L’an dernier, la Coopérative de Solidarité et de Santé Shooner-Jauvin a réalisé des rénovations de l’ordre de 200 000$. Ils ont notamment permis d’augmenter le nombre de bureaux disponibles aux professionnels de la santé.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des