Conservateurs d’Andrew Sheer dans la région: les candidats seront connus avant le 15 juin

Par Stéphane Lévesque
Conservateurs d’Andrew Sheer dans la région: les candidats seront connus avant le 15 juin
Alain Rayes, le lieutenant politique pour le Québec du Parti conservateur. ( (Photo : Stéphane Lévesque)

POLITIQUE FÉDÉRALE. Bien que la capitale fédérale soit secouée par la tourmente «SNC Lavalin», Alain Rayes, le lieutenant politique du Québec pour le Parti conservateur du Canada, continue de préparer le rendez-vous électoral de la formation d’Andrew Scheer avec les citoyens des circonscriptions de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Il a accepté de discuter avec Icimédias afin de faire le point sur les préparatifs de son parti dans la région en vue du scrutin du 21 octobre 2019.

«On parle avec deux ou trois personnes dans chacune des circonscriptions, indique le député de Richmond-Arthabaska à la Chambre des communes. On ne veut cependant pas nommer de noms, mais tout le monde sait qu’à Trois-Rivières, Yves Lévesque avait démontré de l’intérêt.»

Or, ce dernier éprouve actuellement des ennuis de santé. «On se donne le temps pour voir s’il revient en pleine forme. Cela dit, on a un autre prospect de grande qualité pour Trois-Rivières.»

Alain Rayes tient d’ailleurs à préciser que le Parti conservateur n’a pas de plan A ou de plan B pour cette circonscription: « À Trois-Rivières, on a deux très bons plans A. Si ce n’est pas Yves Lévesque, l’autre personne qui a de l’intérêt marquerait autant l’imaginaire que l’ancien maire de Trois-Rivières. Je ne dis pas c’est qui pour l’instant mais la personne est dans un autre registre. Elle n’est pas issue de la politique », ajoute-t-il.

Que ce soit à Trois-Rivières ou ailleurs en Mauricie ou au Centre-du-Québec, pour l’actuel lieutenant politique de Andrew Scheer, son parti politique peut y faire une percée historique à l’automne. Comparable à la vague bleue qui a porté Brian Mulroney au pouvoir en 1984?

«On a fait le choix de retarder nos investitures dans Trois-Rivières, dans Saint-Maurice-Champlain et dans Drummond pour nous donner la chance d’avoir les meilleures candidatures possibles et de permettre aux gens qui ont fait savoir leur intérêt de respecter leurs obligations professionnelles avant se lancer avec nous. Dans nos calculs, le Parti libéral ne peut faire mieux que le dernier coup et il y actuellement une fenêtre qui s’ouvre pour nous. En réalité, quand on regarde la carte de l’élection provinciale, partout où la CAQ a fait des gains, à partir de Québec, couronnes nord et sud de Montréal, Mauricie et Centre-du-Québec, c’est là qu’on est le plus fort », d’ajouter celui qui croit que l’effet nouveauté de Yves-François Blanchet à la tête du Bloc québécois est en train de s’estomper.

Rappelons que la Mauricie et le Centre-du-Québec sont actuellement représentés à Ottawa par les néo-démocrates Robert Aubin (Trois-Rivières), Ruth Ellen Brosseau (Berthier-Maskinongé) et François Choquette (Drummond), les conservateurs Alain Rayes (Richmond-Arthabaska) et Luc Berthold (Mégantic-L’Érable) ainsi que par le bloquiste Louis Plamondon (Bécancour-Nicolet-Saurel) et le libéral François-Philippe Champagne (Saint-Maurice-Champlain).

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des