La robotique gagne du jalon à l’école Harfang-des-Neiges!

COLLABORATION SPÉCIALE - Audrey Fradette et Marck Crocicchio 

La robotique gagne du jalon à l’école Harfang-des-Neiges!
La robotique est un centre d'intérêt à l'école Harfang-des-Neiges de Gentilly. (Photo : courtoisie)

L’année dernière, une initiative pilote en robotique à l’école primaire Harfang-des-Neiges de Gentilly a permis la création d’un club de mécatronique au sein de l’école. Victime du succès de l’initiative en 2022, plus de 60 inscriptions ont été reçues, pour une capacité maximale de 20 élèves de 4e à la 6e année. Il faut savoir que le club est animé par deux parents bénévoles, Audrey Fradette et Marck Crocicchio qui, semaine par semaine, pilotent les ateliers du club et encouragent les enfants à découvrir une nouvelle passion.

Déçus de ne pas avoir réussi à inclure les 60 jeunes intéressés, les deux parents bénévoles ont profité de la semaine canadienne du coding du 5 décembre pour essayer plusieurs initiatives pilotes visant à apporter des réponses concrètes et opérationnelles à la pénurie de main d’œuvre qui affecte en particulier l’éducation et les activités parascolaires, pourtant si importantes pour le développement de nos jeunes.

Les coachs du club sont partis d’un constat simple : Les jeunes de cette génération sont nés avec la technologie au bout des doigts, et comprennent rapidement les rouages du coding. De plus, les solutions sur le marché, qui leurs sont destinés, sont de plus en plus faciles d’utilisation, avec des prix très accessibles, parfois même gratuits. Sans oublier le soutien que reçoit le club par le Centre de Services Scolaires de la Riveraine, via le RÉCIT (ce réseau axé sur le développement des Compétences des élèves par l’Intégration des Technologies, soutenu financièrement par le ministère de l’Éducation du Québec), qui met à la disposition des élèves de nombreux outils numériques, dont certains peuvent même être utilisés à la maison.

Et si les élèves eux-mêmes, après une première expérience, devenaient les agents multiplicateurs de ces ateliers de coding et de robotique?

Une première initiative a été portée par quatre élèves de 2ème et 4ème année. Ils ont développé avec leur coach un mini cours pour apprendre à programmer un robot lego WeDo 2.0, destiné aux enfants de 4 à 8 ans, puis trois d’entre eux ont coaché eux-mêmes chacun un élève, Kelly-Ann en maternelle 4 ans, Thomas en première année, et Laurence en 2 ème année, tandis que le quatrième réglait les différents problèmes techniques qui pouvaient survenir. En moins d’une heure, les jeunes coachés ont réussi à construire, puis à programmer un robot-gorille, et même l’améliorer, sous les yeux ébahis d’une suppléante occasionnelle de l’école, Marilyne Michaud : » C’est fou, ils ont tout fait tout seuls, je n’ai rien eu à faire ni à préparer ! « .

Une seconde initiative a été portée par 4 élèves d’une même classe de 2ème année. Ils ont été coachés pendant deux heures pour apprendre à coder un jeu vidéo grâce à l’application Bloxels. Ensuite, un des coachs du club est venu dans leur classe pendant deux sessions d’une heure. Le cours n’a duré cette fois-ci que 15 minutes et ensuite les élèves se sont mis à coder le jeu. Quand ils avaient des questions, c’était les 4 élèves qui les aidaient et leur faisait voir des astuces, ni le coach ni leur enseignante, Audrey Bergeron, ne sont plus intervenus. Celle-ci n’en revenait pas : » C’est incroyable, ils se sont tous mis à créer leur jeu sur le champ, ils sont tous absorbés, pas un bruit, même de la part de mes élèves habituellement plus agités. Et surtout, ils vont plus vite que moi! « . En amont du cours, ils avaient utilisé ce qu’ils avaient appris en pixel art au premier trimestre pour créer des personnages et des éléments du jeu sur papier, puis les ont modélisés et rendus interactifs. Leur jeu sera bientôt disponible au public sur la plateforme de Bloxels.

Une dernière initiative s’est inspirée d’un programme créé dans une école d’Atlanta et dont une première mouture québécoise a été élaborée par l’école de l’Envol, à Lévis. À partir du matériel mis à disposition par cette école, 7 élèves du club de Mécatronique, de la 3ème à la 5ème année, ont constitué une escouade de maîtres Minecraft avec comme but de venir en soutien à leurs professeurs qui voudraient utiliser Minecraft Education dans leur classe, mais qui ne se sentent pas forcément à l’aise. Minecraft Education regorge de ressources éducatives déjà existantes, et le Centre de Services Scolaires de la Riveraine met cette solution reconnue au niveau mondial dans le monde enseignant à disposition des élèves, même quand ils sont chez eux. Ils peuvent ainsi s’y retrouver de façon sécuritaire, sur les serveurs de l’école, sans intrus, pour explorer des mondes ensemble et résoudre des défis éducatifs. 

D’ailleurs, Jean-François Comeau, représentant RÉCIT du Centre de Services Scolaires de la Riveraine, organise en janvier une formation à destination des enseignants pour qu’ils utilisent Minecraft Education en classe. Ils pourront ainsi compter sur ces 7 Maîtres Minecraft pour leur venir en aide. Antoine, Carmen, Dante, Edouard, Émile, Flavie, Jérémy et Vincent ont ainsi comme ambition d’accompagner leurs camarades au premier trimestre à apprendre les rouages du coding en s’amusant dans Minecraft, et de proposer à partir d’avril des ateliers pratiques en cercle réduit pour appliquer cet apprentissage dans la programmation de robots physiques.

Anecdote amusante : un des élèves du club a profité d’une garde d’enfant que faisait sa mère pour une amie pendant la fin de semaine pour lui apprendre à coder le robot-gorille et un jeu dans Bloxels, au plus grand plaisir de l’enfant de 5 ans et de sa mère. Il rêve maintenant avec sa sœur et leurs amis de monter une agence de garde d’enfants qui offrirait des cours particuliers de coding pendant les heures de garde!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires