Claudie Ottawa: inspirer d’autres communautés

Boris Chassagne, initiative de journalisme local, icimédias
Claudie Ottawa: inspirer d’autres communautés
(Photo : courtoisie)

ODANAK. Claudie Ottawa complète le profil des enseignantes en langues autochtones du collège Kiuna. L’enseignement de la langue atikamekw au collège Kiuna est assuré par elle.

Dans une entrevue accordée au réseau APTN, Claudie Ottawa estime que l’apprentissage des langues autochtones au niveau collégial est un pas important. «Je crois que cela peut inspirer d’autres peuples des Premières Nations qui voudraient intégrer des cours des langues au collège Kiuna. C’est une étape importante et on veut la partager avec tout le monde». Si de nombreuses langues autochtones sont menacées au Canada, l’atikamekw est en bonne santé. 95% des Atikamekw la parle encore.

Claudie Ottawa affirme que dans sa communauté de Manawan, «l’atikamekw fait partie de l’enseignement aux niveaux primaire et secondaire. Les jeunes l’utilisent beaucoup et les plus vieux aussi».

Si cette langue est l’une des plus communément parlées au pays, reste qu’il n’existait toujours pas de dictionnaire qui lui était consacré. La technolinguiste Nicole Petiquay s’en est mêlée. Elle livre après plusieurs années d’efforts et une foule de collaborations, un premier dictionnaire atikamekw de près de 12 000 mots utilisés par les trois communautés atikamekw de la Haute-Mauricie au Québec (Manawan, Wemotaci et Opitciwan). «C’est le premier dictionnaire de langue algonquienne à offrir des définitions dans une langue autochtone».

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires