Centre du Plateau Laval: «Sans intervenants supplémentaires, il va y avoir un arrêt de services»

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Centre du Plateau Laval: «Sans intervenants supplémentaires, il va y avoir un arrêt de services»
Si aucun nouvel intervenant n'est embauché d'ici septembre, le Centre du Plateau Laval ne pourra plus offrir ses services d'ateliers éducatifs aux tout-petits (0-5 ans) et l'aide aux devoirs à la prochaine rentrée scolaire. (Photo : (Photo courtoisie))

BÉCANCOUR. La pénurie de main-d’œuvre frappe de plein fouet le Centre du Plateau Laval. Trois des cinq intervenants de l’organisme communautaire de Bécancour ont quitté ce printemps et la directrice Josée Gariépy n’arrive tout simplement pas à les remplacer.

Pour cette raison, les services d’ateliers éducatifs offerts aux tout-petits (0-5 ans) et l’aide aux devoirs sont en péril. Afin d’éviter le pire, le Centre doit absolument réussir à embaucher deux ressources formées en intervention auprès des enfants d’ici septembre.

«Pour l’été, j’ai été plus que chanceuse, car j’ai réussi à recruter deux étudiantes que je connaissais, ce qui me permet de maintenir les services. Mais le problème n’est que déplacé de trois mois», s’inquiète Mme Gariépy, qui tient le fort en compagnie d’une seule intervenante depuis plusieurs semaines déjà.

«Je suis ici depuis longtemps et c’est la première fois que je suis confrontée comme ça à une pénurie de main-d’œuvre dans le communautaire», confie celle dont le personnel est généralement composé d’éducatrices spécialisées et d’intervenantes de la petite enfance. «Tout part du fait qu’il y a aussi une pénurie dans le réseau (notamment au sein des centres de la petite enfance et des écoles).»

Ainsi, des postes sont ouverts partout dans la région, avec des conditions salariales supérieures à celles qu’est en mesure d’offrir l’organisme communautaire. «Ça fait en sorte que même mon personnel, qui est pourtant attaché à l’organisation, a quitté pour aller dans le réseau. C’est attrayant, car l’écart salarial est significatif. On ne parle pas de 2 ou 3$ de plus de l’heure!», se désole la directrice.

Pour la même raison, le recrutement auprès des finissants s’avère lui aussi ardu. «Souvent, les jeunes commencent dans le communautaire pour prendre de l’expérience mais en ce moment, les offres dans le réseau sont tellement grandes…», soupire-t-elle.

Josée Gariépy croise les doigts et espère trouver des employés dévoués, impliqués et qui croient plus que tout en la raison d’être du Centre. Car être intervenant au Plateau Laval, «c’est le fun», insiste-t-elle: «C’est super stimulant, travailler ici. C’est varié. On a les tout-petits le matin, l’aide aux devoir l’après-midi, les cuisines collectives… Il y a plein de trucs. Ce n’est pas routinier et on travaille généralement quatre jours par semaine».

Les éducateurs recherchés seront responsables du bien-être et de la sécurité des enfants 0-5 ans. Ils auront comme mandat d’élaborer un programme d’activités favorisant le développement global des enfants dans un groupe multi-âge et d’accompagner les parents, au besoin, dans leur rôle parental.

Bref, la recherche active se poursuit. «Il faut trouver quelqu’un, c’est sûr», implore Mme Gariépy, qui souhaite à tout prix éviter une rupture de services auprès de la quinzaine d’enfants inscrits aux ateliers de stimulation et de la trentaine d’autres bénéficiant de l’aide aux devoirs.

 

LE SAVIEZ-VOUS?

Le Centre du Plateau Laval offre depuis bientôt 30 ans des services variés aux résidents du Plateau Laval à Bécancour. On parle entre autres de distribution et de dépannage alimentaire, de cuisines collectives, d’activités dirigées pour les adolescents (maison de jeunes), d’ateliers d’estime de soi pour les enfants de 5 à 12 ans, d’ateliers éducatifs pour les 0-5 ans, et d’aide aux devoirs et à la réussite scolaire.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires